Global Statistics

All countries
674,537,373
Confirmed
Updated on January 28, 2023 3:27 am
All countries
627,711,061
Recovered
Updated on January 28, 2023 3:27 am
All countries
6,756,817
Deaths
Updated on January 28, 2023 3:27 am

Rage chez l’Homme : causes, diagnostic et traitements

La rage est une maladie virale qui affecte le système nerveux central et peut être mortelle pour les humains comme pour les animaux. Elle est transmise à l’homme par la salive de mammifères infectés, généralement par des morsures ou des griffures. Le virus se déplace du lieu d’exposition au cerveau où il attaque les cellules nerveuses et provoque une inflammation. Dès lors, les symptômes de la maladie apparaissent et le mal ne peut être traité efficacement que par des vaccinations post-exposition et une thérapie par immunoglobulines. Toutefois, ces traitements requis ne sont pas toujours disponibles dans les pays en développement où les chiens circulent librement dans les rues sans être vaccinés. Découvrez dans cet article les causes, les symptômes, le diagnostic et les traitements de la rage chez l’homme.

Causes de la rage chez l’homme

La rage est une zoonose, c’est-à-dire qu’elle peut être transmise entre les animaux et les humains. C’est une maladie virale qui affecte le système nerveux des humains et des animaux. Elle est généralement transmise lorsqu’un chien ou un autre animal sauvage mord un humain. Le virus est présent dans la salive de ces animaux. Il s’agit d’un virus de la famille des Rhabdoviridae qui infecte le système nerveux central.

Le virus de l’affection pénètre dans l’organisme par une lésion de la peau ou des muqueuses de la bouche. Il est également possible qu’il pénètre par les yeux, le nez ou des blessures. Une fois à l’intérieur du corps humain, il se déplace le long des fibres nerveuses pour atteindre le système nerveux central. Le virus se multiplie alors à l’intérieur des neurones, ce qui entraîne leur dégénérescence et leur mort. Ce processus de destruction entraîne une augmentation de la pression à l’intérieur du crâne et de la moelle épinière. Cela conduit finalement à la paralysie, aux convulsions et à la mort.

D’autres façons moins courantes de contracter la rage sont :

Les aliments contaminés par la salive d’un animal infecté

La rage n’est pas une maladie d’origine alimentaire chez l’homme, mais les aliments et l’eau contaminés sont de potentielles sources d’infection. La salive peut contaminer la viande et d’autres aliments pendant l’abattage et le traitement. Même de petites quantités de salive infectée peuvent transmettre la maladie à l’homme.

Dans de nombreux pays, cela est encore considéré comme un mythe. Toutefois, des études récentes ont montré que c’est effectivement vrai. Dans une étude publiée dans Nature Scientific Reports, les chercheurs ont constaté qu’un échantillon sur 100 testés contient des particules du virus de la rage. Ils ont également constaté que ces particules étaient plus susceptibles d’être présentes dans les aliments cuits que dans les aliments crus. Cela est dû au fait que la cuisson ne les détruit pas avant qu’elles ne puissent pénétrer dans le corps par la bouche ou le nez.

Les objets contaminés par la salive d’un animal infecté

Le virus responsable de la rage peut survivre sur des objets contaminés par la salive d’un animal infecté pendant de nombreux mois. Cela signifie qu’il faut rester à l’écart des objets contaminés par la salive d’un animal infecté, notamment :

  • Les excréments de chauve-souris ;
  • Le sang séché des chauves-souris ;
  • La salive de chauve-souris.

En outre, la rage est le plus souvent transmise par les chats et les chiens. Mais elle peut également provenir des ratons laveurs, des mouffettes et d’autres mammifères porteurs du virus de l’affection dans leur salive.

La maladie peut aussi être transmise à l’homme par une griffure d’un animal infecté. Elle est presque toujours mortelle dès l’apparition des symptômes. En effet, la plupart des personnes qui contractent la rage meurent dans les deux semaines qui suivent l’apparition des symptômes.

Symptômes de la rage chez l’homme

Les principaux symptômes de la maladie sont l’inflammation du cerveau et l’hydrophobie, une peur extrême de l’eau. Ce symptôme est amélioré par un gonflement difficile de la gorge et une difficulté à avaler. Ce qui peut amener une personne à s’étouffer lorsqu’elle tente de boire des liquides.

Il existe plusieurs types de rage :

La rage furieuse

La forme furieuse de la maladie est l’une des formes les plus mortelles de la rage chez l’homme. Elle se caractérise par des symptômes tels que :

  • L’hyperactivité ;
  • Le délire et les hallucinations ;
  • Les spasmes musculaires.

Les premiers symptômes de la maladie furieuse peuvent être la fièvre, les maux de tête, la confusion et la somnolence. Ces symptômes sont suivis d’agitation ou d’excitation, d’excitabilité, d’irritabilité et d’une augmentation de la température corporelle. Ils se développent en l’espace d’une semaine.

Le stade final de la rage furieuse se caractérise par des convulsions et un coma suivi de la mort en quelques jours, si elle n’est pas traitée.

La rage paralytique

La rage paralytique est une forme moins courante de l’affection chez l’homme. Elle est plus susceptible de se produire chez les personnes qui ont déjà été vaccinées contre la maladie. Ce qui explique pourquoi elle n’est pas aussi courante.

Les symptômes de ce type de maladie sont similaires à ceux des autres formes de la maladie : nausées, fièvre et maux de tête. Toutefois, le principal symptôme est la paralysie. La rage provoque une paralysie parce que le virus qui en est à l’origine affecte les nerfs, en particulier les neurones moteurs. Ces derniers sont responsables du contrôle des mouvements musculaires. Lorsque ces neurones sont infectés par l’affection, le corps ne fonctionne plus correctement.

Les autres symptômes de la rage paralytique sont :

  • Difficulté à avaler, ce qui peut conduire à une déshydratation ;
  • Des difficultés à marcher, ce qui peut entraîner des chutes ou d’autres accidents ;
  • Des crises d’épilepsie;
  • Des spasmes et douleurs musculaires ;
  • Un changement de comportement ;
  • Une psychose.

Par ailleurs, cette affection est une complication rare, mais grave de la rage. Après une période d’incubation initiale de 3 à 12 jours, le virus se propage vers le système nerveux central et commence à détruire les neurones. Cela commence généralement dans le tronc cérébral qui contrôle la respiration, la déglutition et le rythme cardiaque.

La période d’incubation de l’affection varie de deux semaines à plusieurs années. La maladie peut provoquer des troubles graves, si elle n’est pas traitée immédiatement. Les premiers symptômes de l’affection sont des symptômes similaires à ceux de la grippe, tels que fatigue, maux de tête, nausées ou maux de gorge. Ces symptômes peuvent durer jusqu’à 10 jours avant d’évoluer vers des signes plus graves comme la confusion. Les stades avancés de l’affection comprennent la paralysie ou un comportement anormal comme des hallucinations ou une salivation excessive qui entraîne la bave.

Les autres symptômes de la rage chez l’homme peuvent être les suivants :

L’anxiété

L’anxiété peut se manifester par des symptômes tels que :

  • L’essoufflement ;
  • La tension musculaire ;
  • L’agitation ;
  • La difficulté à se concentrer.

Il est également important de noter que l’anxiété n’est pas exclusivement liée à la rage. Elle peut être causée par de nombreux autres facteurs, notamment le stress et les traumatismes. Cependant, l’anxiété est l’un des symptômes les plus courants de l’affection.

La raison exacte de ce lien entre l’anxiété et la maladie n’est pas entièrement comprise. Mais de nombreux scientifiques pensent que cela a quelque chose à voir avec la façon dont le cerveau fonctionne pendant l’infection par la rage.

Une théorie veut qu’il y ait une perturbation ou une modification des neurotransmetteurs dans le cerveau pendant une infection par la maladie. Ce qui entraîne des changements d’humeur et de comportement, y compris l’anxiété. Une autre théorie est qu’il y a des changements dans les niveaux d’hormones pendant une infection, ce qui peut également provoquer des symptômes d’anxiété.

L’insomnie

L’insomnie est l’un des premiers signes de l’infection par la rage. Il survient avant d’autres symptômes tels que la confusion et la paralysie.

On parle d’insomnie lorsqu’une personne a du mal à s’endormir ou à rester endormie. Elle peut être causée par le stress, l’anxiété, les médicaments ou d’autres problèmes de santé.

De nombreuses personnes souffrant d’insomnie connaissent une augmentation de leur rythme cardiaque et de leur tension artérielle lorsqu’elles essaient de dormir. En l’absence de traitement, cela peut entraîner d’autres problèmes comme l’hypertension et les accidents vasculaires cérébraux.

L’affection provoque l’insomnie en affectant l’hypothalamus, une partie du cerveau qui régule certains processus physiques, dont le sommeil. Le virus peut également provoquer des insomnies en augmentant la quantité de dopamine dans le cerveau. Ce qui accroît le rythme cardiaque et la pression sanguine.

La dépression

La dépression est un symptôme courant de la rage chez l’homme. Ses symptômes peuvent inclure :

  • La tristesse et le désespoir ;
  • Une baisse du niveau d’énergie ;
  • Des difficultés de concentration ;
  • Des troubles du sommeil.

En fait, il est estimé que jusqu’à 80 % des cas de la maladie chez l’homme sont accompagnés de dépression. Ce symptôme peut être particulièrement difficile à reconnaître, car il peut ressembler à d’autres maladies mentales comme l’anxiété ou le trouble bipolaire. Cependant, il est important de savoir que la dépression après une exposition à un animal enragé est souvent accompagnée d’autres symptômes comme l’insomnie et l’hyperactivité.

Les hallucinations

Les hallucinations sont l’un des premiers symptômes à apparaître et peuvent commencer dès deux semaines après l’infection par le virus. Les hallucinations peuvent se produire dans n’importe quelle modalité sensorielle, bien que les hallucinations auditives soient les plus courantes.

Les hallucinations sont souvent décrites comme des voix, des sons ou de la musique. Mais elles peuvent aussi inclure des sensations tactiles, comme l’impression que quelque chose rampe sur ou sous la peau. Les hallucinations visuelles peuvent prendre de nombreuses formes.

Leur fréquence et leur intensité varient selon les individus et dans le temps. Elles peuvent aller de légères à graves et être constantes ou intermittentes.

Hormis les hallucinations auditives, les personnes infectées par la rage peuvent aussi avoir des hallucinations :

  • Visuelles, voir des choses ;
  • Olfactives, sentir des choses ;
  • Gustatives, goûter des choses ;
  • Tactiles.

Les hallucinations visuelles sont le type d’hallucination le plus courant, suivies des hallucinations auditives. Ces symptômes apparaissent généralement entre 7 et 10 jours après l’exposition à la salive d’un animal enragé.

Les hallucinations visuelles peuvent prendre la forme de lumières clignotantes ou d’objets qui semblent bouger ou changer de forme.

Les hallucinations olfactives et gustatives peuvent survenir lorsqu’une personne a été exposée au virus de la rage par une plaie ouverte léchée par un animal infecté. Ces hallucinations peuvent également se produire lorsqu’une personne est exposée au virus par la salive qui pénètre dans son nez ou sa bouche.

Enfin, les hallucinations tactiles sont rares. Cependant, elles peuvent se produire en cas de contact direct avec la salive d’un animal enragé alors qu’il est encore vivant. Puis après sa mort lorsque ses tissus se décomposent et libèrent davantage de particules virales dans l’air ambiant.

En plus de ces symptômes, d’autres signes peuvent indiquer qu’une personne a été exposée à la rage, mais n’a pas encore développé de symptômes. Il s’agit notamment :

  • D’une mauvaise coordination et d’un manque d’équilibre ;
  • D’un mal de gorge ;
  • D’un engourdissement ou de picotements autour de la bouche.

Les autres signes comprennent un tremblement d’un côté du visage, la difficulté à marcher ou à bouger les bras et les jambes et des convulsions.

Diagnostic de la rage chez l’homme

Le diagnostic de la maladie chez l’homme est délicat, car elle est très rare.

D’abord, le prestataire de soins de santé effectue un entretien avec le patient pour l’interroger sur les circonstances entourant l’apparition des symptômes. Les antécédents médicaux doivent inclure des questions sur le lieu et le moment où le patient a été exposé à des animaux suspectés d’être enragés. Ils doivent aussi inclure des questions pour savoir s’il a été vacciné contre la rage par le passé.

Ensuite, les médecins procèdent à un examen physique pour rechercher les signes de la maladie chez le patient. Ils peuvent rechercher des lésions cutanées qui pourraient indiquer des morsures d’un animal enragé, ou vérifier les signes d’hydrophobie et de paralysie.

La suite du diagnostic de la maladie consiste à écarter les autres causes possibles des symptômes tels que la faiblesse musculaire ou la paralysie. Elle consiste aussi à écarter d’autres maladies comme le syndrome de Guillain-Barré et le botulisme. Si ces maladies sont exclues, il est possible de procéder à un test de dépistage de la rage à partir d’un échantillon de sang.

Par ailleurs, le médecin prélève des échantillons du corps du patient et vérifie s’ils présentent des signes du virus de l’affection. Ces échantillons seront envoyés à un laboratoire pour être testés.

Le médecin confirmera le diagnostic avec un test appelé test immuno-enzymatique. Ce test donne des résultats en quelques heures et permet de déterminer si le patient a été infecté par la rage ou non. Ce test est précis à 99 % pour détecter la maladie, lorsqu’il est effectué correctement. Mais il existe de rares exceptions où il peut donner de faux résultats. Il est donc important de confirmer les résultats du test immuno-enzymatique par un autre type de test appelé réaction en chaîne par polymérase. Avant d’entamer quelque programme de traitement, le sujet doit confirmer son diagnostic par ce dernier test.

Pour finir, le patient pourra traiter son mal en fonction des recommandations de son médecin, car ses symptômes peuvent s’aggraver en l’absence de traitement approprié.

Traitements de la rage chez l’homme

La rage est une maladie virale qui provoque une inflammation du cerveau. Elle est transmise par la salive d’animaux infectés, le plus souvent des chiens.

Il existe deux principaux traitements contre cette maladie :

La vaccination

La vaccination est l’un des moyens les plus efficaces de prévenir la rage chez l’homme. C’est un processus par lequel une personne reçoit des virus ou des bactéries inactives qui stimulent son système immunitaire. Cette stimulation conduit son organisme à produire des anticorps contre ces agents pathogènes.

La première injection appelée vaccin « pré-exposition » protège contre l’infection, si le sujet est exposé à la maladie à l’avenir. Trois autres injections sont effectuées à une semaine d’intervalle après cette première dose de vaccin pré-exposition. La dernière injection contient un virus rabique vivant qui génère des anticorps contre l’infection de la rage au cas où elle se reproduirait.

Le vaccin n’est pas efficace à 100 %. Il faut du temps pour développer une immunité et il ne protégera que contre certaines souches du virus. Néanmoins, il peut contribuer à réduire les risques d’infection et à augmenter les chances de survie, si le patient est exposé.

Les effets secondaires les plus courants de la vaccination sont une douleur au point d’injection, des maux de tête, de la fatigue et des douleurs musculaires. Cependant, ces symptômes sont rares et disparaissent généralement dans les 24 heures.

Les immunoglobulines

Les immunoglobulines sont des protéines fabriquées par le système immunitaire qui aident à combattre les infections. Elles agissent en se liant à certains antigènes qui sont des molécules provoquant une réponse immunitaire. Lorsqu’une immunoglobuline se lie à un antigène, elle peut le neutraliser et l’empêcher de provoquer une maladie.

Chez l’homme, les immunoglobulines sont utilisées comme traitement contre l’affection depuis la fin du XIXe siècle. Le traitement consiste à injecter des anticorps dans la circulation sanguine. Cela aide à neutraliser le virus avant qu’il n’ait eu le temps de se multiplier dans l’organisme et de se propager dans le système nerveux. Il est généralement administré dans les 24 heures suivant l’exposition à la rage. Mais il peut aussi être administré jusqu’à quatre jours après l’exposition s’il n’y a pas de symptômes à ce stade.

En outre, les immunoglobulines contribuent à empêcher l’infection de se propager dans l’organisme. Elles le font en se liant aux particules virales avant qu’elles ne puissent pénétrer dans les cellules et causer des dommages. Les immunoglobulines se lient à ces virus dans le sang ou sur la peau. Ainsi, lorsqu’ils entrent en contact avec d’autres cellules, ils ne peuvent pas les infecter.

Ces deux traitements sont efficaces s’ils sont administrés à temps, mais aucun d’entre eux ne fonctionnera une fois les symptômes apparus.

La rage est presque toujours mortelle si elle n’est pas traitée. Si une personne est mordue par un animal, il est important de consulter un médecin le plus rapidement possible. La première étape du traitement de l’affection consiste à administrer une série de piqûres pour renforcer son système immunitaire. Cela peut empêcher le virus de se propager dans son corps et son cerveau.

Si une personne est mordue par un animal, voici ce qu’il doit faire :

  • Capturer ou retenir l’animal sans le toucher. Il doit également essayer d’éviter d’être mordu par d’autres animaux à ce moment-là ;
  • Consulter immédiatement un médecin pour toute blessure sur son corps et prendre des mesures pour éviter toute nouvelle exposition à la rage ;
  • Laver soigneusement la plaie à l’eau et au savon pendant au moins cinq minutes. La couvrir ensuite avec un pansement propre jusqu’à ce qu’un membre du personnel des urgences lui donne d’autres instructions ultérieurement.

Enfin, la maladie peut aussi être guérie grâce à des médicaments antiviraux tels que les antibiotiques. En effet, les patients prendront ces médicaments pendant six semaines après avoir terminé le processus de vaccination. Cela permet d’éviter le développement de toute infection secondaire due à l’affaiblissement du système immunitaire.

Vous aimerez aussi :

Related Articles