Global Statistics

All countries
232,243,912
Confirmed
Updated on September 25, 2021 11:48 pm
All countries
207,121,812
Recovered
Updated on September 25, 2021 11:48 pm
All countries
4,756,403
Deaths
Updated on September 25, 2021 11:48 pm

Saignement après rapport : 10 causes possibles

Avoir une vie sexuelle relativement calme est avantageux pour la santé. En effet, les relations sexuelles sont importantes non seulement pour le bien-être psychologique et émotionnel de l’individu et du couple, mais aussi pour leur santé physique. Un saignement après un rapport sexuel n’est pas inquiétant, mais des écoulements répétés plusieurs fois dans ces circonstances doivent vous amener à consulter un médecin. Cela peut s’avérer grave voire très nuisible pour la santé surtout si la cause n’est pas bien identifiée. Voici quelques raisons qui expliquent ce phénomène de saignement après les rapports sexuels !

Un problème de contraception

La perte de sang après avoir eu une relation sexuelle peut être causée par la pratique de la contraception. Par exemple, la prise de contraceptifs hormonaux tels que les pilules, les implants ou autres peuvent entraîner des pertes de sang après un rapport sexuel. Ces pertes de sang sont indolores et irrégulières lors des premiers mois.

Le dépôt d’un stérilet peut également provoquer des saignements. Pour la plupart du temps, ces derniers ne sont pas graves et peuvent survenir pendant ou après une relation sexuelle. Si ce phénomène devient trop fréquent, consulter un gynécologue serait une bonne initiative à prendre afin de trouver un moyen de contraception moins gênant.

Une sécheresse vaginale

L’une des causes les plus courantes des saignements après les rapports sexuels est la sécheresse vaginale. La sécheresse vaginale est un phénomène commun chez les femmes en ménopause et chez celles qui allaitent car elles disposent d’un taux d’œstrogènes, qui jouent un rôle majeur dans la lubrification vaginale.

En effet, la muqueuse vaginale peut être sujet à une inflammation ou une irritation si votre vagin n’est pas assez lubrifié, d’où la sécheresse vaginale. Les va-et-vient lors de la pénétration peuvent donc être douloureux, ce qui pourrait se manifester par une perte de sang non seulement pendant le rapport mais également après le rapport.

Pour ce fait, il est quand même indispensable et important d’avoir une vie sexuelle calme et épanouie. Pour traiter ce mal, avoir des rapports sexuels réguliers peut maintenir l’hydratation intime du vagin. Appliquer un lubrifiant avant et pendant un rapport sexuel permet d’éviter les douleurs. Une petite quantité peut être également appliquer à l’entrée du vagin au début du rapport sexuel. L’application du lubrifiant améliore le confort pendant les relations sexuelles. Il est recommandé par les spécialistes d’y avoir recours dès l’apparition des premiers signes d’inconfort. L’utilisation d’un lubrifiant est beaucoup plus acceptable avant ou pendant les relations sexuelles. De plus pour y remédier, il faut éviter de porter de vêtements trop serrés et prendre l’habitude de ne pas utiliser des produits parfumés.

Un polype au col de l’utérus

Le saignement après un rapport sexuel peut être aussi causé par le polype. C’est une tumeur bénigne qui se développe dans le col de l’utérus. Rassurez-vous cette tumeur, n’est pas un cancer comme une tumeur maligne. Le polype du col de l’utérus peut être causé par une infection chronique ou par une inflammation. Il ne provoque généralement pas de symptômes, mais peut entraîner des saignements ou des pertes ressemblant à du pus. Le polype saigne pendant les règles ou après les rapports sexuels. Un saignement important pendant ou après le rapport sexuel est donc plausible. Ce phénomène est très fréquent chez la femme de plus de quarante ans.

Pour bien traiter ce mal, la consultation d’un spécialiste serait une bonne résolution. Il pourrait procéder à une ablation chirurgicale par hystéroscopie opératoire. Ce genre d’acte chirurgical est réalisé aujourd’hui sous anesthésie locale ou sans anesthésie. Cette opération peut également avoir lieu lors d’une simple consultation. Après l’intervention l’ensemble des éléments enlevés est analysé en laboratoire afin de s’assurer qu’il s’agit bien de polypes bénins.

Une infection sexuellement transmissible

Dans des cas rares, les infections sexuellement transmissibles sont considérées comme une cause de la perte de sang après une relation sexuelle. Ces infections sont des problèmes de santé graves comme les maladies sexuellement transmissibles (MST). En effet, les infections sexuellement transmissibles comme la chlamydiae, la gonorrhée et la trichomonase peuvent entraîner de nombreux syndromes, dont une inflammation du col de l’utérus et la perte de sang après un rapport.

En effet, cela peut aussi être un signe de cancer du col de l’utérus débutant. Même si l’on est vaccinée, le risque de contracter des infections sexuellement transmissibles est plus faible. Et le risque d’avoir des saignements après un rapport sexuel est plus faible. Si vous pensez être affecté par une Infection Sexuellement Transmissible, vous ne pouvez pas vous soigner seul car chaque infection sexuellement transmissible nécessite un traitement qui lui est propre et une prise en charge spécifiques. Un traitement adapté vous aidera à venir à bout des symptômes.

Avec une consultation chez un médecin spécialiste, des traitements bien choisis peuvent vous aider à traiter cette infection sexuellement transmissible et réduire considérablement les saignements. Il suffit juste de suivre ses prescriptions et ses conseils de prévention. Plus une Infection Sexuellement Transmissible est rapidement traitée, plus les risques de séquelles et de transmission sont faibles.

Un cancer du col de l’utérus

Saigner après un rapport sexuel peut être une manifestation d’un possible cancer du col utérin. Ce cancer peut être débutant ou évolué. C’est une maladie qui se développe sur la muqueuse du col de l’utérus.

Le cancer du col utérin est rare mais est souvent considéré comme une cause des saignements après un rapport sexuel. Un dépistage au près d’un gynécologue permet de diagnostiquer le mal et de trouver rapidement un traitement approprié. Le traitement du cancer du col de l’utérus peut faire appel soit à la chirurgie, la radiothérapie externe ou la chimiothérapie. Pour son traitement, les options thérapeutiques varient selon la gravité des anomalies découvertes par le médecin.

Une vaginite et l’infection à levures

La vaginite ou l’infection à levures est sont des formes d’inflammations du vagin et en même temps des causes des saignements après rapport. Ce sont deux infections très courantes chez la femme et ou chez la jeune fille. Elles peuvent causer des inflammations, des irritations, des rougeurs ou une enflure de la vulve, des écoulements blancs épais du vagin, une sensation de brûlure au moment d’uriner. La vaginite ou l’infection à levures peuvent aussi provoquer des saignements non seulement pendant les rapports sexuels et même aussi après les rapports sexuels.

Pour traiter la vaginite ou l’infection à levures, plusieurs femmes utilisent le clotrimazole, le miconazole ou le médicament antifongique fluconazole. Pour la plupart des femmes, le traitement systémique le plus efficace des infections aux levures est le médicament antifongique fluconazole (Diflucan) qui se prend une fois par jour sur une période d’un à trois jours.

Un fibrome

La perte de sang après rapport peut aussi être due à la présence d’un fibrome. Le fibrome est une tumeur bénigne qui se développe au niveau de l’utérus. Il est présent chez la majorité des femmes à un moment donné au cours de leur vie reproductive. On peut en compter un seul ou plusieurs dans l’utérus. La taille et l’emplacement varient d’un fibrome à l’autre. Le fibrome peut avoir la taille d’un petit pois ou d’un pamplemousse. Il passe inaperçue la plupart du temps. C’est-à-dire que le fibrome ne se manifeste pas pour la plupart du temps, ce qui peut devenir très grave et nécessiter un traitement.

Pour cela, il est important de surveiller la taille du fibrome et de prendre connaissance des modes de traitement auprès d’un gynécologue. Le traitement du fibrome se fait aujourd’hui sur une base individuelle en fonction des symptômes éprouvés par la femme concernée. Son traitement se fait aussi en fonction de la taille et de l’emplacement des fibromes, de l’âge et du souhait de préserver ou non la fertilité.

L’Endométriose

L’endométriose est aussi l’une des causes plausibles d’un saignement après un rapport sexuel. C’est la localisation anormale de fragments des tissus qui se trouvent normalement dans la muqueuse utérine. Dans l’endométriose, des fragments de tissu endométrial que l’on ne rencontre ordinairement qu’au niveau de l’une des couches de la paroi utérine qu’est l’endomètre se développent à l’extérieur de l’utérus.

L’individu atteint éprouve des douleurs fréquentent pendant les rapports sexuels. Ce dernier peut éventuellement avoir des douleurs aiguës ou des crampes qui se produisent avant ou pendant les premiers jours des règles. Le saignement est favorisé par une lubrification insuffisante du vagin. Ce saignement s’explique par des rapports trop longs ou par une sécheresse vaginale. Les va-et-vient vont alors irriter la muqueuse fragilisée et la faire saigner.

Son traitement repose tout d’abord sur la prescription de médicaments destinés à bloquer la production d’hormones féminines. Ensuite, ce mal peut être traiter par la chirurgie visant à enlever les lésions. Ce traitement varie selon les organes affectés par les fragments d’endomètre présents dans l’abdomen. Il est adapté à chaque cas et peut donc varier considérablement entre les patientes. La prise en charge de l’endométriose doit être faite par des équipes pluridisciplinaires et doit être individualisée en fonction des symptômes et des attentes des patientes.

L’amincissement de la paroi du vagin ou de l’utérus

L’amincissement de la paroi du vagin ou de l’utérus fait également partir des causes d’un saignement après un rapport sexuel. Il se manifeste souvent chez les femmes lors de la ménopause.  L’amincissement de la paroi du vagin ou de l’utérus est souvent accompagnés d’une sécheresse sévère causant des irritations et des sensations de brûlures. Elle est dû à la baisse de sécrétion d’œstrogènes. Certaines femmes atteintes d’atrophie vaginale souffrent aussi de troubles urinaires (envies fréquentes, douleurs), d’infections à répétition ou de saignements anormaux.

Tous ces symptômes peuvent déclencher des douleurs parfois vives durant les rapports sexuels. D’où les saignements après les rapports. Cet inconfort perturbe considérablement la vie intime des couples. Les femmes commencent donc à éprouver moins de plaisir. L’appréhension de la douleur engendre souvent une certaine anxiété. Ce qui cause ainsi un manque de lubrification qui rend la pénétration encore plus difficile. Cela entraîne une baisse considérable de la libido, parfois même une aversion totale pour les relations sexuelles. L’amincissement de la paroi du vagin ou de l’utérus cause des pertes insuffisantes de sang.

Pour y remédier, des traitements hormonaux peuvent être prescrits par un spécialiste afin de combler le manque d’œstrogènes. Mais la plupart du temps, ces traitements requièrent une application locale d’ovules administrés par voie vaginale, de crèmes appliquées régulièrement, d’anneau libérant des hormones et bien d’autres.  

Les abus sexuels

L’une des causes principales des pertes de sang après les rapports sexuels sont les abus sexuels. Ces derniers causent pour la plupart du temps chez la femme ou la jeune fille des difficultés à marcher ou à s’asseoir. Aussi ils causent des ecchymoses ou déchirures autour des organes génitaux et de l’anus. L’on ressent des démangeaisons vaginales qui entrainent des douleurs entre le ventre et les os des hanches. De plus les pertes vaginales sont également au rendez-vous.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img
spot_img

Vous aimerez aussi :

Related Articles