Global Statistics

All countries
240,190,120
Confirmed
Updated on October 14, 2021 6:59 pm
All countries
215,766,611
Recovered
Updated on October 14, 2021 6:59 pm
All countries
4,893,211
Deaths
Updated on October 14, 2021 6:59 pm

Septicémie : Définition, Causes, Symptômes et Traitements

De multiples infections existantes se propagent dans le corps humain. Parmi celles-ci figure la septicémie, qui est une forme d’infection grave se propageant par voie sanguine dès le foyer infectieux initial. Elle est souvent provoquée par les bactéries, principalement les virus, les champignons, ou les parasites. Quelle que soit son origine, la septicémie reste une urgence médicale et il convient de reconnaître ses signes afin de suivre des traitements appropriés. En quoi consiste concrètement la septicémie ? Quels sont les causes et les symptômes de cette infection ? Et quels traitements possibles pour la septicémie ?

Définition et origine de la septicémie 

La septicémie est la réponse grave de l’organisme à une bactériémie ou à toute autre infection, accompagnée du dysfonctionnement d’un système nécessaire à l’ensemble du corps. La bactériémie se traduit par la présence des bactéries dans le sang. Si leurs nombres ne sont pas considérables, elles sont renvoyées par la défense du système immunitaire. Dans ce cas, l’intéressé ne présente aucun symptôme, mais une fièvre ou une fatigue légère peut parfois s’observer.

Lorsque ces parasites deviennent nombreux et que la défense immunitaire est affaiblie, l’organisme ne sera plus en mesure de les éliminer, ce qui entraîne la septicémie. Présentement connue sous le nom sepsis, cette infection est un terme médical qui se traduit par la réaction inflammatoire associée à une infection grave.

Autrefois, elle était désignée par la gangrène des hôpitaux et touchait uniquement les soldats blessés au combat. Pendant ce temps, une autre infection touchant uniquement les femmes existait et s’appelle fièvre puerpérale. Plus tard, il a été démontré par Armand Trousseau que la gangrène des hôpitaux et la fièvre puerpérale sont la manifestation d’un même mal. C’est ainsi que cette maladie a été désignée par la septicémie. Le pronostic de cette infection était fréquemment fatale et c’est un syndrome très dangereux.

Quelles sont les causes de la septicémie ?

Le sepsis apparaît lorsqu’une infection initiale n’a pas été prise en charge ou a été mal traitée. Dans ce cadre, les germes à l’origine se propagent régulièrement dans la circulation sanguine. Cela engendre une infection générale, qui va ensuite provoquer de multiples lésions organiques graves. La septicémie peut être provoquée par une :

  • Infection dentaire ;
  • Infection du système génital ou urinaire ;
  • Infection à staphylocoque ou streptocoque (à l’origine du choc septique) ;
  • Infection du muscle des poumons ou cardiaque (infection pulmonaire, pneumothorax, etc) ;
  • Péritonite (suite à une appendicite) ;
  • Grippe ;
  • Injections de drogue avec un équipement infecté ou sans désinfection de la peau ;
  • Infection sur cathéter (insuffisance rénale).

La porte d’entrée ou le foyer infectieux initial de ces infections sont :

  • Système nerveux : méningite (cause fréquente de la septicémie) ;
  • Peau : brûlures, plaies mal soignées ;
  • Tube digestif ou ventre ;
  • Cœur : endocardite ;
  • Voies urinaires ;
  • Voies respiratoires : pneumonie, bronchite.

Suite à une action médicale (soins dentaires, pose d’une sonde, intervention chirurgicale) ou une nosocomiale (infection suite à la résistance d’un germe résistant aux multiples antibiotiques pris à l’hôpital), le sepsis peut survenir.

Quels sont les symptômes de la septicémie ?

Les symptômes liés à la septicémie ne sont pas visibles au début, mais au fil du temps que l’infection se propage, vous constaterez les signes comme :

  • Fièvre intense (phénomène contraire dans d’autres cas, c’est-à-dire la baisse de température) ;
  • Grande fatigue et faiblesse ;
  • Frissons ;
  • Tension artérielle basse (en cas de choc septique : on parle de septicémie foudroyante) ; essoufflement ;
  • Chair de poule, corporelle basse ;
  • Malaise général ;
  • Hyperleucocytose (supérieure à douze mille globules blancs par millimètre cube de sang) ;
  • Leucopénie (moins de quatre mille globules blancs par millimètre cube de sang) ;
  • Décoloration de la peau, insuffisance d’organe, somnolence ;
  • Rougeur, douleur à la partie infectée et rougeur.

Dès que la septicémie atteint un niveau avancé, il y a les signes tels que : chute de pression, état de choc, tachycardie (supérieur à 90 battements par minute), vertige, confusion, troubles de la coagulation du sang.

Quelles sont les personnes à risques ?

Les personnes ayant un système immunitaire affaibli sont les plus exposées à ce mal. Il s’agit des :

  • Femmes qui viennent d’accoucher et les nourrissons ;
  • Personnes souffrant d’un mal réduisant la défense du système immunitaire tel que : diabète, VIH-SIDA, cirrhose, déficits congénitaux, certains hémopathies ou cancers ;
  • Personnes âgées ;
  • Personnes qui prennent des pilules ou qui suivent des traitements pouvant fragiliser leur immunité. Il s’agit par exemple des corticoïdes, de certaines biothérapies ou chimiothérapies. 

Les personnes hospitalisées sont également exposées.

Quel diagnostic pour la septicémie ?

Dès que les médecins ont une suspicion de sepsis, plusieurs examens sont indispensables afin d’établir le diagnostic. Cela permet de connaître le traitement approprié. En effet, ils peuvent procéder :

  • A la recherche de pathologies présentes dans le sang en faisant la mise en cultures d’un échantillon de sang, autrement dit de l’hémoculture ;
  • A la recherche de la bactérie à l’origine en prenant en compte les agents pathogènes à travers divers prélèvements (pus, crachats, urines, etc) ;
  • Aux examens d’imagerie tels que : IRM (Imagerie par Résonance magnétique), scanners, écographies, radiographies ;
  • A l’analyse sanguine afin de réaliser une NFS (Numérisation Formule sanguine). Cela permet de connaître la quantité de globules blancs.

De plus, pour évaluer l’effet du sepsis sur le fonctionnement de l’ensemble du corps, divers autres tests s’avèrent nécessaires. Il s’agit notamment du dosage sanguin (pour contrôler la fonction rénale par exemple), de l’électrocardiogramme (pour l’évaluation du cœur) et de la mesure du taux d’oxygène dans le sang (pour déterminer la fonction respiratoire).

Quels traitements pour la septicémie ?

En cas d’urgence, les médecins traitent immédiatement les patients avec les antibiotiquesavant la confirmation du diagnostic. Comme traitements d’hôpitaux, nous avons : antibiotiques, oxygène, liquides intraveineux, élimination de la source d’infection et médicaments.

Les antibiotiques

Les médecins choisissent les antibiotiques, parce qu’ils sont capables d’éliminer les bactéries probablement présentes au niveau du site initial d’infection. Pour augmenter leurs capacités de destruction des parasites, ils administrent deux ou trois antibiotiques, surtout si leur origine reste inconnue. Dès que les résultats des examens demandés sont disponibles, le médecin adapte les soins en utilisant un antibiotique plus efficace contre les bactéries sources de l’infection.

L’oxygène

Dans ce cas, le traitement se fait par le port d’un masque (de sondes nasales par exemple) afin de favoriser la respiration au patient. Dans le cas échéant, le médecin peut utiliser le respirateur mécanique. Ce dernier est un appareil qui facilite l’entrée et la sortie de l’air dans les poumons.

Les liquides intraveineux

Ils sont souvent utilisés dans le cas d’un choc septique. Le processus ici consiste à mettre la personne sous perfusion intraveineuse de solutés (à travers une veine). Cela permet d’augmenter la quantité du liquide dans le sang et par conséquent la tension artérielle. Si la quantité de soluté administrée est faible, cela aura moins d’effets sur l’infection. Toutefois, une quantité très importante aussi peut provoquer une congestion sévère des poumons.

L’élimination de la source d’infection

Autre stratégie pour traiter le sepsis consiste à éliminer l’origine de l’infection. S’il y a par exemple des abcès, ils doivent être éliminés. De même, les dispositifs d’hôpitaux comme les cathéters et les tubulures doivent être retirés, s’ils sont susceptibles de causer l’infection. Par une intervention chirurgicale, vous pouvez éliminer les tissus infectés ou morts.

Les médicaments

Dans le cas où les liquides intraveineux ne contribuent pas à l’augmentation de la tension artérielle, le médecin traitant a la possibilité d’administrer des pilules. Pour stimuler la circulation sanguine vers le cœur, le système nerveux ou autres organes, les médicaments comme la noradrénaline ou la vasopressine peuvent être prescrits. Ils sont capables de rétrécir les vaisseaux sanguins. Cependant, ils peuvent parfois réduire le flux sanguin au niveau de chaque organe.

Quelles préventions contre cette infection ?

La meilleure manière de se débarrasser des bactéries et de réduire le risque de toute infection est de tenir régulièrement une bonne hygiène. À cet effet, il est recommandé de laver les mains, surtout au retour des toilettes ou après avoir été en contact des objets à usage communs.

Lors de l’apparition de la septicémie, il est important de faire des traitements de n’importe quelle infection avec des antibiotiques adéquats. Veuillez toujours au respect des doses et des durées de traitement recommandées ou inscrites dans la posologie. Lorsqu’elle devient persistante, il faut absolument consulter en urgence un médecin.

Quelles sont les complications ?

Selon l’Institut Pasteur, un individu meurt de la septicémie toutes les six secondes dans le monde. Dans les pays développés, il est noté que sur une population de 100 000 habitants, 96 personnes de moins de 65 ans sont atteintes du sepsis. Ce nombre atteint 1200 lorsqu’il s’agit des personnes ayant un âge supérieur à 65 ans.

Les patients survivant aux épisodes de sepsis conservent parfois,quelques séquelles. Plus de 25% d’entre eux y conservent des altérations cognitives. En ce qui concerne la population, elle peut encore être infectée ou mourir de la septicémie dans les cinq après sa guérison. Sans aucun traitement, la plupart des malades meurent.

La septicémie est-elle contagieuse ?

Le sepsis en soi n’est pas une infection contagieuse d’autant plus que les personnes en contact avec le malade se portent bien. Néanmoins, son agent pathogène (champignon, microbe, germe) qui en est la cause peut être contagieux. C’est d’ailleurs pour cette raison que les hôpitaux prévoient des règles d’hygiène à respecter afin que les patients ne contaminent point les autres.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Vous aimerez aussi :

Related Articles