Accueil Maladies Spina-bifida : causes, symptômes et traitements

Spina-bifida : causes, symptômes et traitements

0
Spina-bifida : causes, symptômes et traitements
Manifestations du spina-bifida chez l'enfant

Le spina-bifida est une maladie qui se produit lorsque la colonne vertébrale ne se forme pas correctement pendant la grossesse. En effet, cette anomalie est considérée comme l’une des principales causes de handicap physique chez les enfants. Toutefois, les personnes touchées par le spina-bifida peuvent bénéficier de différentes formes de traitement. Ainsi, il y a des interventions chirurgicales et des thérapies physiques. Il est important de savoir qu’il existe différents types de spina-bifida. Par ailleurs, ces derniers ont tous en commun une malformation de la colonne vertébrale qui peut causer des problèmes de mouvement et de sensibilité. Que savoir sur le spina-bifida ? Quels sont ses facteurs à risques et ses signes cliniques ? Quels sont ses traitements ?

Que savoir sur le spina-bifida ?

Le spina-bifida est une maladie congénitale qui affecte le développement de la colonne vertébrale. En effet, il se produit lorsque la colonne vertébrale ne se ferme pas correctement pendant la grossesse.

Il existe différents types de spina-bifida, chacun ayant des conséquences uniques sur la fonction motrice et la sensibilité. En outre, cette maladie existe sous trois principaux types dont le spina-bifida occulta, le spina-bifida méningocèle et le myelomeningocele.

Les types de Spina Bifida - Crédit : informationhospitaliere.com
Les types de Spina Bifida – Crédit : informationhospitaliere.com

Le spina-bifida occulta est le type le plus léger de la maladie, il ne cause généralement pas de symptômes visibles. En effet, parmi ses signes il y a les affections du côlon et les pertes d’urines involontaires. Lors de ce type de spina-bifida, le canal rachidien n’est pas totalement fermé.

Le spina bifida méningocèle est un peu plus sévère et peut causer des problèmes de mouvement et de sensibilité. En effet, elle est la forme la moins courante et peut provoquer des troubles légers.

Le myéloméningocèle est le type le plus sévère de spina-bifida. En effet, elle peut être à l’origine des problèmes de mouvement, de sensibilité et de continence. Ici, les nerfs et la moelle épinière sont déformés.

Quelles sont les causes du spina-bifida ?

Les causes exactes du spina-bifida ne sont pas encore complètement comprises. Cependant, il faut savoir que les facteurs génétiques et environnementaux jouent un rôle. En effet, les facteurs génétiques impliquent des mutations dans les gènes qui sont importants pour le développement de la colonne vertébrale. Par ailleurs, ces mutations ne sont généralement pas héréditaires et ne sont souvent pas présentes chez les parents des enfants atteints de spina-bifida. En outre, les facteurs environnementaux impliquent des carences en nutriments tels que l’acide folique. Ce dernier est important pour la croissance, le développement des neurones et des tissus de la colonne vertébrale.

Les carences en acide folique sont considérées comme l’un des principaux facteurs de risque pour le développement du spina-bifida. Les femmes qui sont en manque de ce nutriment avant et pendant la grossesse ont une forte probabilité d’avoir un enfant atteint de spina-bifida. Il est donc recommandé aux femmes en âge de procréer de prendre des suppléments d’acide folique avant et pendant la grossesse. Cela permet de réduire le risque du spina-bifida chez leur enfant.

En outre, les femmes qui ont des antécédents du spina-bifida dans leur famille sont plus à risque de donner naissance à un enfant atteint de cette maladie. De plus, les femmes qui souffrent du diabète, et d’obésité, sont également considérées à risque élevé d’avoir un enfant atteint du spina-bifida. Il faut savoir enfin que la prise de certains médicaments et l’exposition à certains produits chimiques constituent un facteur pour cette maladie. Parmi ces derniers, il y a un antiépileptique et le dépakine, qui ne doivent pas être pris en état de grossesse.

Généralement, la majorité des cas de spina-bifida sont causés par des combinaisons de facteurs génétiques et environnementaux et non par un seul facteur. Les chercheurs continuent à étudier les causes exactes du spina-bifida dans le but de mieux comprendre cette maladie. En effet, cela permet également de développer de nouveaux traitements pour les personnes touchées.

Quels sont les symptômes du spina-bifida ?

Les symptômes du spina-bifida varient en fonction du type et de la gravité de la maladie. La majorité des personnes touchées par cette maladie souffrent d’un certain degré de paralysie, précisément au niveau de la partie inférieure du corps. Cependant, les personnes atteintes du spina-bifida occulta, le type le plus léger de la maladie, ne présentent généralement pas de symptômes visibles. Par ailleurs, certaines personnes atteintes de cette forme du spina-bifida peuvent présenter certains problèmes. En effet, il y a les douleurs lombaires, les troubles de la sensibilité ou des problèmes de continence.

Les personnes atteintes de spina-bifida méningocèles peuvent présenter des symptômes tels que des problèmes de mouvement et des problèmes de continence. Les signes cliniques peuvent inclure :

  • Des problèmes de mouvement : Les individus touchés par ce type de spina-bifida peuvent avoir des difficultés à marcher ou à bouger les jambes. Ils peuvent également être confrontés à des contractions musculaires douloureuses appelées spasmes.
  • Des problèmes de sensibilité : Les personnes atteintes du spina-bifida méningocèles peuvent avoir des picotements dans les jambes et les pieds. Ils font également face à des problèmes de sensibilité à la température, à la douleur et à la pression.
  • Des problèmes de continence : Dans ce cas, ces individus peuvent avoir des problèmes de continence en raison de la perte de sensibilité dans les jambes et les pieds. Les problèmes de fuites urinaires ou fécales font également partie de ses symptômes.

Les personnes touchées par la méningocèle ont une forte probabilité de contracter la méningite. Ainsi, c’est le motif pour lequel les bébés touchés par ce type de spina-bifida subissent une opération chirurgicale. En effet, cela permet de refermer la fissure de leur colonne vertébrale.

Les personnes atteintes de myéloméningocèle (le type le plus sévère de spina-bifida) sont confrontées aux mêmes problèmes que ceux touchés par la forme légère. Cependant, les symptômes peuvent être plus graves. De ce fait, le bébé peut être confronté à une bosse visible dès la naissance. En outre, les problèmes de développement, dont les problèmes de vision et d’audition, font partie des différents signes cliniques.

Quels sont les traitements du spina-bifida ?

Il est important de savoir qu’il n’existe pas un traitement efficace pour la prise en charge du spina-bifida. Malgré que cette maladie est moins dangereuse pour certaines personnes, ses complications, dont l’hydrocéphalie, peuvent progresser dans certains cas. La prise en charge de cette complication nécessite une intervention chirurgicale nommée dérivation. Au cours de cette chirurgie, le professionnel de la santé ouvre un passage au niveau du crâne vers l’abdomen. En effet, c’est la partie où le liquide céphalo-rachidien peut être drainé sans danger.

 Au fur et à mesure que les bébés touchés par le spina-bifida prennent de l’âge, ils vont être indépendants de la dérivation. Par ailleurs, pour limiter la présence des différents symptômes présents lors de cette anomalie, il est conseillé de laisser la dérivation en place. Cependant, cette opération chirurgicale comporte certains risques dont l’infection ou l’obstruction. En outre, le risque auquel les adultes ayant subi cette forme d’intervention chirurgicale sont confrontés est une insuffisance rénale pouvant conduire à la mort.

La fonction rénale doit être régulièrement surveillée et une insuffisance urinaire doit être également traitée. De ce fait, une uropathie obstructive au niveau de l’uretère doit être traitée le plus tôt possible, car cela permet de limiter les risques d’infections. Concernant la prise en charge de l’incontinence fécale, il est conseillé de placer l’enfant sur les toilettes après les repas. De plus, il faut prioriser les régimes équilibrés, les émollients fécaux et les laxatifs, afin de favoriser la continence.

Il faut savoir que la majorité des personnes touchées par le spina-bifida atteignent l’âge adulte. De nombreux médecins affirment que la meilleure manière d’éviter cette anomalie est de respecter les mesures de prévention. Ainsi, il est recommandé à toutes les femmes de prendre une quantité importante d’acide folique quotidiennement. En effet, elles ne doivent pas attendre d’être en état de grossesse avant de commencer, car c’est une anomalie qui se présente tôt dès la grossesse.

Certains aliments sont riches en acide folique. C’est le cas des légumes verts comme la salade, les épinards et les brocolis. De plus, il y a les légumineuses dont les lentilles, les pois secs et certains fruits dont le melon et la fraise. La consommation de ces différents aliments par jour fournit environ 0,1 mg d’acide folique. En effet, cela permet de réduire les risques de malformation du tube neural. Par ailleurs, il est conseillé aux femmes qui envisagent de tomber enceintes de commencer par augmenter la consommation de ces aliments, afin de mettre en sécurité leur futur bébé.

En outre, il est possible de prendre l’acide folique CCD 5 mg ou vitamine B9 comme complément alimentaire. Ainsi, il est recommandé de prendre ce médicament une fois par semaine. Pour les femmes souffrant d’épilepsie ou qui ont déjà un enfant touché par le spina-bifida, l’idéal est de prendre ce comprimé tous les jours. Cela permet de réduire considérablement le risque de cette affection. La prise de ces médicaments est bénéfique lors des repas, car cela facilite leur absorption.