Global Statistics

All countries
551,914,669
Confirmed
Updated on June 30, 2022 9:24 am
All countries
524,771,860
Recovered
Updated on June 30, 2022 9:24 am
All countries
6,356,514
Deaths
Updated on June 30, 2022 9:24 am

Splénectomie : indications, déroulement et risques

Suite à une pathologie ou à une blessure traumatique, le médecin peut recommander le retrait de la rate du patient : on parle ainsi de la splénectomie. Indiquée également dans le cadre certains cas d’anémie hémolytique et de leucémie, la splénectomie est une intervention chirurgicale digestive fréquente. Des alternatives sont privilégiées du fait des complications possibles à l’ablation de la rate, qui est un organe richement vascularisé du corps. Définition, Indications, déroulement, complications possibles et prévention de la splénectomie dans cet article.

Qu’est-ce que la splénectomie ?

La splénectomie est définie comme une intervention chirurgicale, qui a pour but de retirer la rate.

Bien avant, notons que la rate est un organe qui renferme assez de vaisseaux sanguins, et qui est situé au-dessus de l’abdomen à gauche, contre l’estomac et en dessous du diaphragme. Apparaissant comme un organe lymphatique, elle comprend trois zones qui jouent différents rôles. Il s’agit :

  • De la pulpe rouge ;
  • De la pulpe blanche et ;
  • De la zone marginale qui sépare les pulpes.

La rate permet principalement de recycler les globules rouges, qu’elle renferme, à la fin du cycle de vie de ceux-ci. En outre, la rate joue un rôle important en ce qui concerne l’immunité, par le biais de différents mécanismes. Sa première action consiste à filtrer le sang de l’artère splénique, cequi permet l’élimination de certains agents pathogènes. Ensuite, les lymphocytes qu’elle comprend assurent la production des anticorps spécifiques.

En effet, il existe deux types de splénectomie : la splénectomie totale, qui consiste à retirer toute la rate, et la splénectomie partielle, qui consiste à retirer une partie de la rate. A cet effet, n qualifie le patient d’asplénique, lorsqu’il ne dispose plus de la rate, ou d’hyposplénique, lorsqu’il n’en dispose qu’une partie.

Splénectomie : quelles sont les indications ?

L’ablation de la rate est indiquée principalement dans deux grandes situations : pathologie sous-jacente, c’est-à-dire qu’il y a une maladie à traiter, ou rupture accidentelle de la rate.

Suivant la situation qui nécessite l’intervention chirurgicale, la splénectomie peut être élective. Dans ce cadre, l’opération est programmée, et réalisée face aux pathologies suivantes :

  • Troubles sanguins : l’anémie à cellule falciforme (la drépanocytose), la thalassémie, le purpura thrombopénique idiopathique ;
  • Maladie auto-immune de la rate, telle que l’anémie hémolytique auto-immune ;
  • Maladie génétique touchant l’aspect des globules rouges, telle que la maladie de Minkowski-Chauffard (micro-sphérocytose héréditaire) ;
  • Certains lymphomes ou leucémies, notamment la leucémie lymphoïde chronique ;
  • Hypertrophie de la rate ;
  • Hypersplénisme sévère ;
  • Certaines formes de la maladie de Hodgkin ;
  • Tumeur bénigne de la rate.

En dehors de la splénectomie élective, le chirurgien peut réaliser une splénectomie dite d’hémostase. Cette dernière est pratiquée en urgence, lors d’un traumatisme (choc émanant d’un accident de circulation) causant une rupture totale ou partielle de la rate. Rappelons que la rate est vascularisée et spongieuse. Ce qui fait d’elle un organe sensible susceptible de se rompre facilement suite à un choc. Ce choc entraîne un risque d’hémorragie élevé, que la splénectomie d’hémostase a pour but de stopper. Par ailleurs, le diagnostic d’une rupture de la rate est confirmé par une échographie, voire un scanner.

Splénectomie : déroulement de l’intervention chirurgicale

Telle qu’indiquée plus haut, le chirurgien peut réaliser, en fonction de la situation, la splénectomie programmée ou en urgence.

La splénectomie est réalisée sous anesthésie générale, soit par laparoscopie (de petites incisions), soit par laparotomie (incision dans l’abdomen), en cas de volume de la rate importante ou d’hémorragie intra-abdominale.

Le chirurgien commence par serrer, à l’aide d’une ligature, la veine splénique et l’artère puis, les sectionne. Suite à cela, il réalise l’ablation partielle ou totale de la rate, en fonction de la situation qui s’est présentée. Durant généralement deux heures, la splénectomie est une opération qui doit être faite avec minutie, pour que le côlon et le pancréas, qui sont près de la rate, ne soient abîmés.

Splénectomie : quelles sont les suites opératoires ?

Après l’intervention chirurgicale, des sondes urinaire et gastrique ainsi qu’une perfusion seront installées. En ce qui concerne la sonde gastrique, le chirurgien la retire le lendemain de l’opération et le patient est autorisé, après trois jours, à prendre des aliments solides.

Le temps que le patient passera à l’hôpital est fonction de la technique de l’opération. Il est de sept jours en cas de laparotomie et moins en cas de laparoscopie. Ensuite, le patient rentre chez lui avec des ordonnances et un arrêt maladie d’un mois. Les ordonnances incluent, dans la plupart des cas, un traitement antibiotique et un contrôle des plaquettes sanguines.

Sur le long terme, il est possible que le patient poursuive, en fonction des protocoles et des praticiens, le traitement antibiotique durant plusieurs mois, ou même plusieurs années. Toujours concernant les suites opératoires sur le long terme, le patient doit continuer régulièrement les contrôles de plaquettes sanguines. Il est recommandé en plus de faire une vaccination contre les méningites et les infections à pneumocoques.

Quels risques et complications possibles après la splénectomie ?

Les risques suite à une splénectomie sont multiples, en raison du rôle crucial que joue la rate dans l’organisme.

  • Saignements

Bien que les vaisseaux sanguins de la rate soient ligaturés tout au long de la splénectomie, ceux-ci peuvent saigner de nouveau. Ce qui peut nécessiter une autre intervention.

  • Thrombose

La veine splénique qui irrigue la rate est liée pendant l’opération chirurgicale. Malgré une thromboprophylaxie systématique, il est possible qu’un caillot se forme dans cette veine liée : il s’agit de thrombose ou de phlébite. Lorsque cette dernière est diagnostiquée par une échographie systématique du cinquième jour post opératoire, une lutte curative par anticoagulant doit être faite pendant trois mois au minimum.

  • Risques communs à toute intervention chirurgicale

La plaie d’un autre organe (dans ce cas, il y a l’estomac, le colon, le pancréas), l’abcès, l’embolie pulmonaire, l’hématome, la complication pulmonaire, etc.

  • Pancréatite

Étant donné que la rate et la queue du pancréas sont très proches, une ablation de la rate peut entrainer l’irritation et l’inflammation du pancréas. La gravité d’une pancréatite ne peut pas être déterminée à cet effet.

  • Thrombocytose

La quantité de plaquettes augmente généralement après une splénectomie. En cas d’un excès de plus de 1 million/mm3, la prescription d’un traitement par antiagrégant plaquettaire (Aspégic) doit être faite.

  • Infections

La splénectomie réduit considérablement la défense immunitaire, ce qui expose l’organisme à des infections. Ces dernières sont plus fréquentes et plus sévères, lorsqu’elles sont notamment provoquées par trois germes qui sont : le méningocoque, l’Haemophilus et le streptocoque. C’est pour éviter d’ailleurs ce risque que les vaccinations et un traitement antibiotique quotidien pendant deux ans sont recommandés.

De plus, des éventrations ainsi que des brides intra-abdominales peuvent survenir, à l’instar de toute intervention chirurgicale de l’abdomen.

Rappelons que toute opération comprend certains risques y compris vitaux, qui varient d’un patient à l’autre, mais ils peuvent ne pas être nécessairement prévisibles. Au nombre de ces complications, certaines peuvent survenir exceptionnellement (plaies des nerfs, de l’appareil digestif et des vaisseaux) et parfois, elles peuvent ne pas être guérissables.

En quoi consiste la prévention après la splénectomie ?

La première mesure de prévention suite à une ablation de la rate reste la mise à jour de votre carnet de vaccination. Vous devez également prendre le vaccin contre la grippe, d’autant plus qu’une grippe peut prédisposer à une infection par le pneumocoque. En ce qui concerne les enfants ayant subi une splénectomie, ils ne doivent pas manquer de faire une vaccination figurant dans le calendrier de la vaccination.

La fréquentation des zones à forte prédominance du paludisme ou du pneumocoque est à éviter. En cas d’apparition d’une infection, il est important de faire un traitement par antibiotique pour l’éliminer. Dans le cadre d’une morsure de chien par exemple, il faut faire une antibiothérapie de type amoxicilline-acide clavulanique, afin de ne pas être infecté. Ce type de traitement est recommandé dans toutes les situations à risque, chez les personnes ayant expérimenté une ablation de la rate.

Suite à la splénectomie, vous devez éviter de porter des charges lourdes. Puisque les deux grandes complications de cette intervention chirurgicale sont les infections et l’hémorragie. Il est donc capital de surveiller le taux de plaquettes tous les mois, dans l’optique de prévenir toute éventuelle hémorragie.

En cas d’apparition d’une forte fièvre ou d’une altération de l’état de santé générale, vous devez consulter en urgence. Le médecin peut néanmoins aider le patient à mettre en place une antibiothérapie, auquel il aura recours à chaque apparition de complication.

Vous aimerez aussi :

Related Articles