Global Statistics

All countries
648,352,481
Confirmed
Updated on December 2, 2022 12:06 am
All countries
624,654,245
Recovered
Updated on December 2, 2022 12:06 am
All countries
6,641,825
Deaths
Updated on December 2, 2022 12:06 am

Stomatophobie : la peur des soins dentaires  

Traiter les maladies de la dent peut représenter un certain stress pour n’importe qui. Mais, rien qu’à l’idée de consulter un dentiste, certaines personnes peuvent perdre leurs moyens et devenir sujets à divers symptômes : on parle alors de la stomatophobie. Elle peut se manifester par des tremblements, des palpitations, et peut conduire à des crises de panique. Cette phobie correspond à une peur excessive et incontrôlée du dentiste qui, sur le long terme, peut avoir comme effet une mauvaise santé bucco-dentaire. Quelles sont alors les causes de la stomatophobie ? Comment se manifeste cette phobie ? Comment arriver à la surmonter ?

La stomatophobie : qu’est-ce que c’est réellement ?

Une phobie désigne dans le langage médical, la peur ou un état intense de panique sans causes apparentes, mais qui persiste dans certaines situations. Pour ce qui est de la stomatophobie, elle concerne la peur du dentiste, ou plus généralement des maladies de la dent. Le cerveau des personnes atteintes de cette phobie émet fréquemment des signaux qu’il est difficile de réprimer, lorsqu’il est question de consulter un dentiste.

En termes de statistiques, entre 6 et 14 % de la population des pays industrialisés sont affectés par cette phobie du dentiste, aussi connue sous le nom de dentophobie. Dans la plupart des cas, la peur du dentiste s’installe suite à une expérience traumatisante vécue par le sujet durant son enfance dans un cabinet dentaire.

A cause de cette mauvaise expérience, ces derniers éprouvent de la peur à se faire soigner lorsqu’ils ont des problèmes dentaires. Ils ont bien conscience du fait qu’ils doivent consulter un dentiste pour leur problème, mais leur peur prend le dessus sur la douleur que pourrait leur infliger le traitement.

Le stomatophobe remet donc continuellement à plus tard ses soins dentaires, à cause de sa peur. Cela peut conduire à la destruction de ses dents par des caries dentaires ou la maladie parodontale.

Les crises de tétanie, les sensations d’étouffement, la transpiration, les nausées sont entre autres, des manifestations de la stomatophobie. Elles empêchent le stomatophobe de se rendre dans un cabinet dentaire pour se faire soigner.

La stomatophobie est très minimisée, mais affecte aujourd’hui énormément de personnes dans le monde entier. De récents sondages ont par ailleurs confirmé, qu’environ la moitié de la population de France est atteinte de cette phobie des dentistes.

Plus de 10 % de la population mondiale serait aussi touchée par la stomatophobie. Les femmes sont les plus exposées à cette phobie, et représentent environ 60 % du nombre de stomatophobes dans le monde entier. Il est aussi important de préciser que les personnes souffrant de stomatophobie, sont généralement situées dans la tranche d’âge de 25 à 45 ans.

Quelles sont les causes de la stomatophobie ?

Généralement, la peur du dentiste est primitive et irrationnelle. Cette phobie est comme  ancrée dans le subconscient du patient, qui n’arrive visiblement plus à s’en défaire.

Les expériences directes et l’environnement dentaire sont les deux origines les plus probantes de la stomatophobie. Cependant, dans certains cas, elle peut être liée à des expériences indirectes qui n’ont aucun rapport avec une chirurgie dentaire. Au nombre de ces expériences indirectes, on peut notamment citer les agressions physiques, les harcèlements psychologiques, des maladies douloureuses ou encore des accidents traumatisants.

Les expériences directes comme cause de la stomatophobie

Les expériences directes constituent la façon la plus commune de développer la phobie du dentiste. Les soins dentaires mal conduits et très invasifs (douloureux) sont les principales composantes de cette catégorie de causes de la stomatophobie.

On peut aussi évoquer la peur des piqûres (achmophobie) et la peur du sang (hématophobie) comme des causes directes de la stomatophobie. Il existe par ailleurs une corrélation entre ces trois phobies.

En ce qui concerne particulièrement la peur des piqûres, la plupart des stomatophobes n’ont aucun problème à se faire administrer des piqûres dans le corps. Cependant, elles émettent des réserves lorsqu’il s’agit de la bouche. C’est aussi de la même façon qu’ils arrivent facilement à se faire soigner pour d’autres maladies sauf chez le dentiste.

La peur du sang, elle, peut avoir des origines variées qui n’ont absolument aucun rapport avec le dentiste. Il peut s’agir de la vue d’un accident ou du suicide d’un parent, d’un ami ou d’un proche qui s’est ouvert les veines. La chirurgie dentaire étant inévitablement liée au sang, les stomatophobes n’en sont que davantage effrayés. La réputation d’« insensible » ou de « froid » des dentistes, quel que soit le soin effectué, n’améliore pas la situation. C’est un fait qui permet au patient de se trouver une raison pour sa peur : ne pas s’exposer à des douleurs qui sont pourtant normales pour des soins dentaires.

Les expériences indirectes liées au déclenchement de la stomatophobie

Cette catégorie de cause de la peur des dentistes couvre des situations aussi nombreuses que variées.

Une des plus importantes de ces situations, est l’apprentissage par procuration. C’est le fait de se référer au récit de tierces personnes pour se faire une idée du déroulement des soins dentaires. Cela se fait le plus souvent des parents vers les enfants. Ils racontent leurs expériences traumatisantes à leurs enfants et créent chez ces derniers des peurs, alors même qu’ils n’ont jamais subi ce type de soins.

On distingue aussi la peur des blouses blanches, dont souffrent certaines personnes qui considèrent tout contact avec le corps médical comme une menace. C’est d’ailleurs pour cette raison que, de nombreux dentistes utilisent aujourd’hui des tenues plus décontractées pour réduire au maximum l’anxiété chez les patients.

Par ailleurs, les odeurs des antiseptiques comme celle de l’eugénol, peuvent aussi constituer un frein. Ces odeurs ont en effet, la capacité de plonger le patient atteint de stomatophobie dans une sensation d’angoisse et d’anxiété. Ce qui peut être plus grave, si ce dernier a déjà vécu des soins dentaires compliqués.

Il est aussi important de mentionner le cas des personnes ayant été sujets à de graves problèmes de santé douloureux tels que le cancer ou des interventions chirurgicales importantes. Ces patients développent une phobie de la douleur, qui les empêche systématiquement de supporter tout contact avec un corps médical. C’est donc compliqué pour ces personnes d’envisager un traitement dentaire, quand elles imaginent les douleurs pénibles que cela pourrait engendrer.

Comme expérience indirecte liée au déclenchement de la stomatophobie, on peut aussi évoquer les cas d’abus en général et ceux des abus sexuels durant l’enfance en particulier. Les personnes ayant vécu ce genre d’abus considèrent l’insertion d’instruments ayant la forme phallique dans leur bouche comme des mouvements à connotation sexuelle. Ce qui leur rappelle de très mauvais souvenirs.

Les principaux symptômes responsables de la stomatophobie

La phobie dentaire peut se manifester de différentes manières chez chaque sujet, en fonction des causes de la phobie et du profil psychologique. On distingue tout de même certains faits communs. Au nombre de ces derniers, on peut notamment énumérer :

  • Les accélérations des battements de cœur ;
  • Les tremblements et l’hyperventilation ;
  • L’apparition des réflexes nauséeux ;
  • Des transpirations excessives.

La plupart de ces symptômes apparaissent le jour du rendez-vous avec le dentiste, ou quelques jours avant.

Dans les cas les plus compliqués, on peut noter la survenue d’attaque de panique. Cette dernière s’accompagne souvent de malaise général, des sensations de mort imminente et même des évanouissements.

Les conséquences de la stomatophobie

Avoir peur du dentiste est déjà un bien grand problème, à cause des complications que cela pourrait causer. Mais parallèlement, cette phobie peut entraîner chez le sujet, de graves conséquences tant sur le plan physique que sur le plan social.

Les conséquences sur le plan physique

Les plus graves conséquences de la stomatophobie se rapportent bien évidemment au physique. En se refusant d’aller chez le dentiste pour recevoir les soins adéquats, le patient s’expose dangereusement à une détérioration de sa dentition. On note alors très tôt l’apparition des caries et les dents qui commencent à se casser de façon progressive. Le patient peut également développer d’autres maladies plus graves de la dent parmi lesquelles : la rage de dent, la gingivite, la récession gingivale et même la parodontite.

En ce qui concerne les enfants atteints de stomatophobie, les conséquences physiques sont encore plus graves, et peuvent même s’étendre à des délabrements dentaires. Vu l’état encore très jeune de leurs organes, la mâchoire ne se développe pas normalement. Ce mauvais développement induit un déficit de croissance général, qui représente un facteur à risque de la malocclusion. Ce sont des complications qui deviennent généralement plus difficiles à soigner, lorsque l’enfant atteint l’âge adulte.

Dans le but d’apaiser les diverses douleurs auxquelles elles sont exposées, les personnes atteintes de stomatophobie mettent en place des techniques bien précises. Elles privilégient par exemple les aliments froids ne nécessitant pas d’être trop mâchés. Cela leur permet de ne pas trop souffrir durant les repas. Les stomatophobes peuvent aussi prendre un verre d’eau froid et le garder dans leur bouche pour un petit moment. D’autres optent aussi pour l’utilisation des compresses de glace sur la joue.

Ces solutions permettent d’apaiser momentanément les douleurs. Lorsque ces dernières deviennent trop intenses, il est courant de voir les stomatophobes piquer les parties douloureuses de la dent, puis se concentrer sur la douleur en espérant la minimiser.

Les conséquences sur le plan moral et social

La stomatophobie peut représenter un réel frein pour l’épanouissement social des patients. Cela se traduit par le fait que les douleurs empêchent fréquemment le patient de manger, de sourire et même de parler. Le manque de soins constitue aussi une cause de dégradation des dents. Ce qui conduit le sujet à se retenir, chaque fois qu’il doit parler et/ou rire.

Pour les cas plus graves, le stomatophobe évite tout type de contact avec son entourage. Il trouvera toujours une excuse pour ne pas participer aux soirées entre amis ou les sorties cinéma. Plus grave encore, il est incapable d’entretenir une relation amoureuse. La vie sociale du patient se trouve donc fortement diminuée, parce qu’il a beaucoup trop honte de ses dents. Par ailleurs, le fait d’avoir une mauvaise dentition est aujourd’hui interprétée par de nombreuses personnes comme un signe de manque d’hygiène.

Comment limiter les conséquences de la stomatophobie ?

Les cas de peur du dentiste augmentent de jour en jour. Si rien n’est fait, cette phobie peut conduire les patients à de lourdes conséquences et même à une mort certaine. Il existe tout de même certaines façons de procéder pour réduire les ravages de la phobie.

L’utilisation des anxiolytiques, le recours à l’hypnose, l’acupuncture, constituent autant de solutions qui peuvent être mises en œuvre. Elles vont permettre de réduire un temps soit peu, les conséquences de la peur du dentiste.

Plus particulièrement pour les enfants, il existe aujourd’hui des gaz dont l’inhalation permet de réduire la peur des soins dentaires. Ces gaz contiennent en proportions égales, de l’oxygène et des gaz hilarants. Cette composition a pour effet d’apporter un peu de relaxation au patient.

Quelques solutions pour venir à bout de la stomatophobie

Il existe bien heureusement certaines astuces à appliquer pour pouvoir surmonter la peur du dentiste.

Avant les consultations chez le dentiste, il faut :

  • Eviter tout type d’excitants ;
  • Se coucher le plus tôt possible la veille du rendez-vous ;
  • Ne pas se concentrer sur l’ambiance du cabinet dentaire (notamment les bruits et les odeurs).

En plus de ces astuces, il faut bien respirer dans la salle d’attente et concentrer ses pensées sur des idées agréables.

Il est également possible de recourir à la neuroleptanalgésie et à l’anesthésie générale. La neuroleptanalgésie est, en effet, un état de légère anesthésie induite par des médicaments analgésiques, qui sont administrés au patient par perfusion. Cette méthode présente des risques et des contre-indications. L’approbation du patient est alors importante pour la réaliser.

Quant à l’anesthésie générale, on y a recours que dans les cas les plus sérieux de stomatophobie. Il s’agit par exemple des cas dans lesquels, l’extraction de nombreuses dents est nécessaire. On garde alors le patient en intubation et en observation pour toute une nuit. Cette anesthésie permet aux spécialistes d’effectuer des soins complémentaires nécessaires, en fonction de l’état des dents du patient.

Vous aimerez aussi :

Related Articles