Global Statistics

All countries
329,009,077
Confirmed
Updated on January 17, 2022 12:25 pm
All countries
265,619,165
Recovered
Updated on January 17, 2022 12:25 pm
All countries
5,559,032
Deaths
Updated on January 17, 2022 12:25 pm

Syndrome de l’apnée du sommeil : symptômes, causes et traitements

Étant à l’origine de fatigue, mais aussi de diverses maladies cardiovasculaires, le syndrome de l’apnée du sommeil est un trouble assez fréquent. Appelée également syndrome d’apnées-hypopnées obstructives du sommeil ou SAHOS, cette pathologie survient donc durant la période d’endormissement. Afin de mieux cerner le sujet, découvrez ci-après tout ce qu’il faut savoir sur le syndrome de l’apnée du sommeil. Comment l’identifier ? Quels sont les causes ainsi que les traitements possibles ?

Comprendre le syndrome de l’apnée du sommeil 

L’apnée obstructive du sommeil – © Crédit : informationhospitaliere.com

Le SAHOS ou syndrome de l’apnée du sommeil est un trouble qui se manifeste chez l’individu à travers des pauses respiratoires répétées. Ces dernières sont incontrôlées, donc le dormeur ne se rend pas compte de ces troubles de la respiration.

Ce qui provoque le syndrome de l’apnée du sommeil

Cette pathologie est le résultat de la décontraction des muscles des parois du pharynx.

Ces derniers se relâchent et obstruent ainsi le passage de l’air. Cela va alors provoquer des vibrations et engendrer des ronflements.

À part cela, plusieurs fois dans la nuit, le conduit destiné au passage de l’air va être complètement bloqué. C’est alors là que l’apnée du sommeil à proprement dit survient. Le corps va alors réagir de différentes manières, notamment en réveillant l’individu. Ces micro réveils commandent alors l’ouverture de la trachée afin de faciliter le passage de l’air et donc la respiration.

Manifestation de l’apnée du sommeil

Le syndrome de l’apnée du sommeil se présente par une baisse voire un arrêt du débit respiratoire. Bien évidemment, ces troubles durent entre 10 à 30 secondes. Toutefois, les conséquences sur l’organisme peuvent être considérables.

En effet, l’apnée du sommeil entraîne une diminution de l’oxygénation du sang. Cela va alors augmenter le travail du cœur afin de solliciter les réserves en oxygène du corps. Ce mécanisme va aussi modifier la pression intrathoracique. En plus de cela, le cerveau va également réagir aux pauses respiratoires en réveillant le dormeur afin que ce dernier reprenne sa respiration.

De ce fait, l’apnée du sommeil va alors provoquer les microréveils dont le dormeur n’en a pas conscience. Cela survient en moyenne cinq fois durant une heure de sommeil. Toutefois, certains individus peuvent présenter plus de pauses respiratoires et de microréveils tout au long d’une même nuit.

Une pathologie plus fréquente chez les hommes

Les risques de présenter le SAHOS augmentent avec l’âge. Ils sont à environ 7 % chez les personnes âgées de 20à 40 ans. Les probabilités de souffrir du syndrome de l’apnée du sommeil augmentent à partir de 45 ans et ne cessent de croître jusqu’à l’âge de 65 ans et plus.

À part cela, l’apnée du sommeil est plus fréquente chez les hommes plutôt que chez les femmes. Certaines conditions physiques comme le surpoids favorisent également l’apparition de ce trouble chez certaines personnes.

Le syndrome de l’apnée du sommeil existe également chez les enfants. Même si cela ne touche que 2 % d’entre eux, le SAHOS est notamment dû à la présence de végétations ou d’amygdales. Ces dernières vont bloquer la bonne circulation de l’air dans les voies respiratoires. À part cela, le surpoids et l’obésité peuvent également être à l’origine de l’apnée du sommeil chez l’enfant et l’adolescent.

Symptômes du syndrome de l’apnée du sommeil

Le SAHOS survient durant la période d’endormissement. Néanmoins, ses conséquences s’observent notamment durant la journée.

Durant la nuit…

Pendant le sommeil, différents symptômes peuvent laisser penser à l’apnée du sommeil. Parmi eux, un ronflement intense et quotidien survient dans la majorité des cas de SAHOS. Bien évidemment, les pauses respiratoires ainsi que des respirations rapides sont aussi constatées durant le sommeil.

Parfois, la personne peut également se réveiller brusquement avec des impressions de difficultés respiratoires voire même d’étouffements. Cette dernière peut même faire des cauchemars dans lesquels elle a l’impression d’asphyxier ou de mourir. Des micros réveils et même des insomnies peuvent aussi apparaître durant la nuit.

À cela s’ajoute aussi un sommeil agité, non réparateur qui génère de la fatigue chez l’individu. Ce dernier peut aussi avoir des envies d’uriner fréquentes durant la nuit.

Différencier apnée du sommeil et simples ronflements

Les ronflements figurent parmi les symptômes récurrents du SAHOS. Néanmoins, toutes les personnes qui ronflent ne présentent pas obligatoirement cette pathologie. Il faut effectivement noter que le syndrome de l’apnée du sommeil n’est confirmé que lorsque l’individu subit au moins 10 micros réveils durant l’heure de sommeil.

Pendant la journée…

Les troubles que subit le dormeur durant la nuit entraînent inévitablement des conséquences tout au long de la journée. Il va d’abord présenter une somnolence diurne qui peut être légère ou grave. Cette dernière forme provoque des endormissements involontaires de la personne concernée.

À part cela, la personne ressent également une fatigue récurrente inexpliquée par d’autres facteurs. Elle peut avoir des difficultés à se concentrer et présente des pertes de mémoire. À cela s’ajoutent une irritabilité et des troubles de l’humeur. Certains individus risquent même de développer des tendances dépressives.

Des maux de tête matinaux figurent aussi parmi les symptômes diurnes de l’apnée du sommeil. En ce qui concerne la vie sexuelle, des troubles de la libido sont fréquents chez les personnes souffrantes de SAHOS. Les troubles de l’érection peuvent aussi survenir.

Des conséquences sur le long terme

L’apnée du sommeil et ses conséquences – © Crédit : informationhospitaliere.com

Le fait de souffrir du syndrome de l’apnée du sommeil impacte sur la vie ainsi que l’état de santé du dormeur. Ainsi, sur le long terme, ce dernier risque de présenter différents problèmes cardiovasculaires. Ces derniers concernent :

  • L’hypertension artérielle
  • L’insuffisance cardiaque
  • L’accident vasculaire cérébral
  • La maladie coronarienne
  • Les troubles du rythme cardiaque
  • L’athérosclérose
  • Le diabète type 2

Diagnostic du SAHOS

Deux méthodes sont utilisées afin de confirmer le diagnostic de l’apnée du sommeil. Ce sont la consultation médicale ainsi que le bilan du sommeil.

La consultation médicale

Cette première peut se dérouler sous différentes manières. En effet, le patient peut par exemple répondre à un questionnaire spécifique permettant au médecin de déterminer ses habitudes de sommeil. Tout comme cela, la tenue d’un agenda est aussi conseillée pour comprendre les différentes perturbations nocturnes que subit le dormeur.

Des examens supplémentaires qui concernent les organes Otorhinolaryngologique ou ORL sont également effectués. Ces derniers ont pour objectifs de déterminer les différents gènes qui peuvent obstruer les voies respiratoires du patient.

À part cela, le médecin peut également identifier les différents facteurs de risques cardiovasculaires pouvant accompagner le SAHOS. Ce sont entre autres le surpoids ou l’hypertension artérielle.

Le bilan du sommeil

Réalisé à travers des enregistrements du sommeil, ce bilan est surtout un examen complémentaire à la consultation médicale. Il permet notamment de confirmer le diagnostic de l’apnée du sommeil. Cette étape peut être réalisée chez le patient ou dans un centre spécialisé pour le sommeil. Elle se déroule en deux temps.

D’abord, la polygraphie ventilatoire nocturne est un processus qui consiste à prendre des enregistrements de la respiration de l’individu durant six heures au moins. Cela va permettre de mesurer les mouvements respiratoires, mais aussi le débit d’air circulant par les narines du dormeur.

Pour accompagner cela, un oxymètre est aussi placé sur le doigt du patient. Ce dernier a pour mission de mesurer la saturation d’oxygène. Cela va ensuite aider à déterminer s’il y a une baisse du taux d’oxygène durant l’apnée.

En plus de cela, un examen plus détaillé et complet est aussi effectué. Il s’agit de la polysomnographie. Cette dernière consiste à enregistrer le sommeil durant une nuit ou une journée. Pour cela, différents capteurs sont utilisés. Il y a :

  • l’électroencéphalogramme,
  • l’électromyogramme
  • l’électrocardiogramme
  •  et l’électro-occulogramme.

Tous ont pour mission d’examiner les différentes activités du cerveau, des muscles ainsi que des yeux. La polysomnographie sert surtout à mesurer la gravité du SAHOS chez l’individu.

Les facteurs favorisants l’apnée du sommeil

Il a été cité précédemment que le sexe ainsi que l’âge sont des paramètres qui exposent certains groupes de personnes au SAHOS. Ainsi, les hommes sont plus concernés par cette pathologie. À part cela, un surpoids ou un IMC supérieur à 27 est aussi un critère qui favorise le syndrome de l’apnée du sommeil.

La consommation de somnifères, d’alcool et de tabacs expose également les individus au SAHOS. Toutes pathologies incluant une obstruction nasale telles que le rhume et la rhinite figurent aussi parmi les facteurs favorisant l’apnée du sommeil.

D’autres maladies comme celles d’origine cardiovasculaires ainsi que le diabète de type 2 sont aussi concernés par le SAHOS. En plus de cela, les caractéristiques de la structure osseuse de la tête de chaque individu peuvent aussi favoriser cette pathologie. La présence d’amygdales ou une hypertrophie des végétations sont aussi à l’origine de l’apnée du sommeil.

Traitements de l’apnée du sommeil

Les méthodes pour traiter l’apnée du sommeil sont déterminées en fonction des symptômes que manifeste le dormeur. En effet, plusieurs options sont accessibles :

  • Les mesures hygiéno-diététiques
  • Les traitements médicaux
  • La chirurgie

Les mesures hygiéno-diététiques

Ces dernières ne peuvent être appliquées que lorsque le syndrome de l’apnée du sommeil est associé à un surpoids ou à une obésité. Dans ce cas, le seul traitement de cette pathologie est la perte de poids. Pour ce faire, il est recommandé de perdre jusqu’à 15 % du poids initial afin de réduire la gravité de l’apnée du sommeil. D’autres mesures peuvent aussi aider à perdre les kilos superflus. Ce sont :

  • La pratique d’une activité physique régulière
  • La non-consommation de tabac et d’alcool

Il est aussi possible de modifier la position d’endormissement afin de réduire le phénomène de l’apnée du sommeil. Pour cela, il est recommandé de dormir sur le côté plutôt que sur le dos. Cela permet de diminuer les risques d’obstructions des voies respiratoires durant la nuit.

Les traitements médicaux du SAHOS

Plusieurs traitements médicaux peuvent être appliqués pour traiter le syndrome de l’apnée du sommeil.

Le traitement PPC

Le PPC ou traitement par ventilation à pression positive continue est un moyen qui permet d’éliminer l’apnée du sommeil. Ce dernier consiste à diffuser de l’air de manière continue par le nez du dormeur. Pour cela, ce dernier portera un masque nasal durant son sommeil. Il va alors veiller à ouvrir les voies respiratoires de manière continue afin d’éliminer le problème d’apnée du sommeil.

La technique utilisant le PPC est conseillée pour les cas sévères d’apnées du sommeil. Toutefois, il est essentiel de suivre le traitement jusqu’au bout. Il faut noter que certaines conditions doivent néanmoins être respectées. Parmi cela, l’appareil doit être utilisé au moins 3 heures par nuit.

Les propulseurs mandibulaires

Les orthèses d’avancée mandibulaire sont installées afin de pousser la mâchoire inférieure vers l’avant. Cela va ainsi empêcher que la langue bloque les voies aériennes. Il existe alors un plus grand espace entre le pharynx et la langue facilitant ainsi la circulation de l’air.

Afin d’assurer son efficacité, les propulseurs mandibulaires doivent être réalisés sur mesure. Il est aussi fortement recommandé de les porter toutes les nuits afin de traiter l’apnée du sommeil moyennement grave. Un contrôle doit également être effectué tous les 6 mois afin de vérifier si les orthèses sont correctement placées et afin d’éviter d’éventuels déplacements dentaires.

Des médicaments

À vrai dire, aucun médicament ne peut traiter l’apnée du sommeil à proprement dite. Quelques traitements sont tout de même efficaces pour diminuer les apnées du dormeur. Cela concerne surtout celles qui ont des origines liées à l’obstruction des fosses nasales comme les rhinites ou les rhumes. Le patient peut ainsi prendre des corticoïdes.

Tout comme cela, les personnes souffrantes de reflux gastro-œsophagien peuvent aussi prendre des produits antireflux pour éviter l’apnée durant le sommeil. En ce qui concerne la somnolence durant la journée, la prise de certains stimulants peut aider le patient à rester éveiller. Ces derniers doivent cependant être prescrits par un médecin.

La chirurgie

Cette intervention concerne surtout les personnes ayant des malformations physiques et osseuses favorisant l’apnée du sommeil. La chirurgie est aussi une solution efficace pour les individus qui ne peuvent pas tolérer les autres types de traitements.  

Amygdalectomie et adénoïdectomie

Ces chirurgies impliquent le fait d’enlever les végétations adénoïdes ainsi que les amygdales ou les ganglions qui sont présents dans la gorge. Ils peuvent effectivement gêner le passage de l’air et favoriser ainsi le SAHOS. Les opérations chirurgicales sont surtout réalisées chez les enfants.

Uvulo -palato-pharyngoplastie ou UPPP

Cette intervention chirurgicale consiste à prélever une portion de la partie molle du palais ainsi que la luette. Ces dernières sont les éléments qui vont vibrer lorsque le dormeur ronfle. Le fait de les enlever va alors dégager ses voies respiratoires et réduire l’apnée du sommeil.

D’autres chirurgies comme celles du nez et des sinus peuvent aussi être réalisées pour mieux dégager les voies respiratoires.

Trachéotomie

Solution radicale pour traiter l’apnée du sommeil, la trachéotomie consiste à ouvrir la trachée afin d’y insérer une canule pour faciliter le passage de l’air.

Le syndrome de l’apnée du sommeil est une pathologie courante chez les adultes. Il reste cependant sous-traité, car en général, le dormeur n’est pas au courant de sa maladie. Ce n’est qu’à la suite du diagnostic d’un médecin que le SAHOS peut être confirmé. Face à cela, il est possible de choisir parmi les différents traitements afin de retrouver un sommeil réparateur et gagner en vitalité durant la journée.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Vous aimerez aussi :

Related Articles