Global Statistics

All countries
591,602,347
Confirmed
Updated on August 10, 2022 5:16 pm
All countries
561,820,754
Recovered
Updated on August 10, 2022 5:16 pm
All countries
6,442,881
Deaths
Updated on August 10, 2022 5:16 pm

Syndrome du nez vide : causes, manifestations, traitements, opération !

Le syndrome du nez vide est une affection plus ou moins rare et affectant le nez en l’occurrence les voies nasales. Si chez la majorité des personnes atteintes de cette affection, les cavités nasales sont d’apparence claire et semblent le plus normales possible, la victime est cependant sujette à de nombreux symptômes qui sont pour la plupart désagréables et pénibles à vivre. Pour cause, il s’agit d’une maladie caractérisée par une symptomatologie très complexe. Découvrez dans cet article, l’origine, les manifestations et les traitements possibles pour soigner le syndrome du nez vide.

Syndrome du nez vide : quelle en est la cause ?

Le nez est composé de trois cornets à savoir le cornet inférieur, le moyen et le supérieur. Situés dans chaque fosse nasale, ce sont des constituants complexes du nez en forme d’éponges muqueuses qui non seulement remplissent une fonction olfactive, mais jouent aussi un rôle très important dans la défense de l’organisme.

Ces constituants permettent en effet de chauffer, d’humidifier et de filtrer l’air inspiré lors de la respiration et contribuent à la défense immunitaire de l’organisme. De même, ils permettent la régulation du flux d’air dans les cavités du nez et favorisent le contrôle de la quantité de chaleur et de liquide perdue au cours de l’expiration.

Au cours de certaines infections du nez en occurrence en cas de sinusites ou de rhinites chroniques, les cornets sont atteints et ont tendance à gonfler, empêchent ainsi une bonne respiration chez la victime. Pour y remédier et restaurer le flux normal d’air, une turbinectomie est généralement indiquée et elle consiste à retirer, plus précisément à diminuer la taille des cornets.

Dans la plupart des cas, les cornets sont endommagés et compte tenu de leur rôle complexe, il s’en suit différents troubles caractéristiques du syndrome du nez vide. Ainsi, le syndrome du nez vide est une affection d’origine iatrogène (secondaire à une intervention chirurgicale) caractérisée par un ensemble de symptômes nasaux.

Il est dans la majorité des cas, secondaire à une turbinectomie (totale ou partielle) et survient dans un délai variable.

Quelles sont les manifestations du syndrome du nez vide ?

Les manifestations du syndrome du nez vide sont très complexes et varient d’un patient à un autre. Elles sont non seulement d’ordre physique, mais aussi d’ordre psychiatrique. Les symptômes d’ordre physique sont entre autres :

  • sensation d’obstruction nasale quand bien même aucune obstruction réelle du nez n’est évidente ;
  • perte de la sensation commune de respirer par le nez ;
  • sensation d’inhaler de l’air trop sec ou trop froid ;
  • difficultés à respirer pendant les efforts ;
  • sècheresse des muqueuses nasales ;
  • douleurs nasales et céphalées ;
  • fatigue associée ou non à des troubles du sommeil ;
  • rhinites croûteuses et apparition de croûtes dans les fosses nasales ;
  • perte partielle ou totale de l’odorat associée ou non à la perte du goût ;
  • vertiges et saignement nasal ;
  • apnée du sommeil et difficultés à respirer durant le sommeil ;

Hormis ces symptômes, il est possible que le patient ait également des difficultés à se concentrer ou que ce dernier connaisse des séquences d’étouffement. En ce qui concerne les symptômes psychiatriques, il s’agit de symptômes concomitants tels que la dépression, l’anxiété et des signes de désespoir profond.

À ces derniers peuvent s’ajouter certains troubles du comportement (à savoir la colère, la haine, l’apathie…) et un repli sur soi.

Quels sont les traitements en cas du syndrome du nez vide ?

Il n’existe toujours pas un traitement standard pour soigner les personnes atteintes du syndrome du nez vide. Cependant, certaines approches sont généralement indiquées et visent à soulager les symptômes inhérents à cette affection.

Ainsi, selon la nature des symptômes ressentis par le patient victime, le professionnel de santé peut préconiser la mise en place de traitements topiques, un traitement médicamenteux, une prise en charge à domicile, une psychothérapie ou au pire, une opération.

Les traitements topiques

Les traitements topiques sont conseillés pour hydrater le nez. Ils consistent en l’utilisation des sprays salins ou des gels salins pour laver le nez afin d’éliminer les croûtes et d’humidifier le plus possible les muqueuses nasales.

Toutefois, cette approche peut favoriser la propagation de bactéries dans le nez puisqu’à force de toujours nettoyer les cavités du nez, le mucus bénéfique et les peptides peuvent être retirés avec les croûtes. Ainsi, il est préférable de procéder régulièrement à des pulvérisations sous antibiotique ainsi qu’à des irrigations nasales pour compléter les traitements topiques.

Le traitement médicamenteux

Le traitement médicamenteux vise à réduire considérablement les douleurs et à les soulager. Des analgésiques sont dans ces cas généralement prescrits.

Par ailleurs, certains médicaments de dysfonctionnement érectile sont de même utilisés et permettent de soulager certains symptômes.

La prise en charge à domicile

La prise en charge à domicile est également indiquée dans certains cas et peut apporter un certain soulagement à la victime de l’ENS. Ici, il est conseillé au patient de vivre dans des environnements chauds et humides, de dormir avec un humidificateur ou un CPAP.

Il devra également se nourrir régulièrement avec des soupes et liquides chauds. L’utilisation continue d’un humidificateur ou d’un inhalateur est par ailleurs indiquée.

L’approche psychothérapique

Lorsque le patient atteint de l’ENS est sujet à des troubles psychiatriques, la mise en place d’une psychothérapie est l’approche préconisée. La prise d’antidépresseurs et l’accompagnement du patient par un professionnel de santé psychiatrique sont les démarches suivies.

Le traitement chirurgical

Une opération chirurgicale peut-être également indiquée dans certains cas. Les interventions chirurgicales mises en place visent le plus souvent à augmenter la taille du cornet endommagé dans les fosses nasales afin de diminuer le flux d’air dans la cavité nasale et ainsi de réduire dans le même temps les symptômes de l’ENS.

Elles consistent dès lors en la réduction du volume de la fosse nasale et impliquent l’utilisation d’implants de cartilage. Il n’est cependant pas toujours possible d’effectuer de telles interventions.

Ainsi, au lieu d’augmenter la taille des cornets à l’aide de l’implant de cartilage, certains chirurgiens essayent de l’implanter dans d’autres parties du nez. L’opération chirurgicale est un succès dans la majorité des cas et permet d’équilibrer le flux d’air dans les cavités nasales.

Vous aimerez aussi :

Related Articles