Global Statistics

All countries
589,215,874
Confirmed
Updated on August 7, 2022 4:45 pm
All countries
558,540,176
Recovered
Updated on August 7, 2022 4:45 pm
All countries
6,436,255
Deaths
Updated on August 7, 2022 4:45 pm

Taux de ferritine élevé : quelles sont les maladies en cause ?

La ferritine est une protéine produite par le foie, qui favorise l’accumulation de fer dans l’organisme. On parle d’hyperferritinémie lorsque le taux de cette substance dans l’organisme devient anormalement élevé. De nombreuses maladies peuvent être à l’origine de cette hausse du taux de ferritine. Même si le fer est un nutriment essentiel pour l’organisme, l’accumuler de façon excessive peut causer de graves problèmes. Quelles sont les maladies qui provoquent l’augmentation de la proportion de ferritine dans le sang ?  

La ferritine : de quoi s’agit-il exactement ?

La ferritine est une protéine dont la principale fonction est de permettre le stockage de fer dans les cellules de l’organisme. Cette protéine est sécrétée par le foie et contient environ 20 % de la quantité totale contenue dans le sang. Le reste du fer est réparti de façon équitable entre la moelle osseuse, les globules rouges et le plasma.

On peut alors définir la ferritine comme le niveau de fer présent dans l’organisme, plus précisément au niveau du foie. Ce niveau permet donc de savoir de quelles réserves de fer dispose l’organisme, et de détecter d’éventuelles anomalies dans le sang.

Chez les hommes, le taux normal de ferritine dans le sang est inférieur à 200 nanogrammes par millilitre, alors qu’il peut atteindre jusqu’à 300 nanogrammes chez les femmes. On estimera alors que le taux de ferritine est élevé, lorsqu’il atteint les 500 nanogrammes par millilitre. L’hyperferritinémie est considérée comme majeure, quand ce taux est supérieur à 1000. 

Les principales maladies pouvant expliquer un taux élevé de ferritine

Il existe de nombreuses explications à une hausse du niveau de ferritine dans le sang. Cette hausse survient généralement lorsque des quantités importantes de fer se sont accumulées dans les cellules. On le découvre de façon fortuite lors des bilans sanguins de routine, parce que les symptômes ne sont pas facilement détectables. Voici les principales maladies susceptibles de provoquer cette situation.

Le syndrome métabolique

Le syndrome métabolique constitue la principale cause de l’élévation du taux de ferritine. Environ 90 % des personnes atteintes d’hyperferritinémie sont souvent atteintes de syndrome métabolique.

Ce genre de syndrome peut essentiellement se caractériser par le surpoids (voire une obésité), l’hypercholestérolémie et le diabète. De nombreuses études ont d’ailleurs montré que, le tiers des diabétiques et le quart des pré-diabétiques ont un taux de ferritine anormalement élevé.

Pour en venir à bout, on a recours à une prise en charge médicale qui nécessite que le patient adopte des règles hygiénodiététiques : alimentation saine, pratique d’activité sportive en vue d’une perte de poids.

Un syndrome inflammatoire

Des maladies inflammatoires comme le rhumatisme, les infections et les atteintes virales telles que le COVID19, peuvent expliquer une hausse de ferritine dans l’organisme. Cela s’explique par le fait que la ferritine fasse partie des protéines qui interviennent dans les réactions inflammatoires. Une élévation du taux de C-réactive protéine (CRP) permet généralement de mettre en évidence cette cause. On remarquera aussi un abaissement du coefficient de saturation de la transferrine.

L’alcoolisme chronique

L’alcoolisme est également une cause très fréquente de l’augmentation du taux de ferritine. En effet, l’alcool est à l’origine d’une maladie alcoolique du foie. Cette maladie rend constante la surcharge de fer dans l’organisme. La consommation de vin, notamment du vin rouge, est très en cause.

Par ailleurs, l’alcoolisme chronique peut aussi entraîner une altération des globules rouges. Ces derniers sont fragilisés et ont tendance à s’éclater en même temps que le fer qu’ils contiennent.

Les résidus de fer se déposent alors sur tous les organes, et particulièrement sur le foie. Cet organe se trouve alors paralysé et n’arrive plus à synthétiser la transferrine chargée de transporter le fer. Dans ces conditions, le taux de ferritine dans le sang continue à augmenter en flèche. La situation peut être encore plus grave, si le patient est atteint de varices œsophagiennes.

Les transfusions sanguines répétées

Cette cause se retrouve chez les personnes atteintes de maladies du sang, comme la myélodysplasie ou encore la thalassémie. Ces personnes sont atteintes d’anémies chroniques et ont donc besoin de transfusions sanguines fréquentes. Ce sont ces transfusions qui provoquent une surcharge de fer dans l’organisme : d’où l’hyperferritinémie.

Il faut également mentionner les personnes ayant subi une greffe de la moelle osseuse qui sont aussi à risques.

L’hémochromatose

Maladie génétique d’origine celtique, l’hémochromatose est une des causes les plus importantes d’augmentation du taux de ferritine dans le sang. Elle survient lorsque l’organisme absorbe trop de fer, mais n’arrive plus à en éliminer le surplus.

La fatigue chronique, les douleurs articulaires, le diabète, le teint bronzé et des problèmes sexuels constituent le cortège de symptômes d’une hémochromatose. Cette maladie peut conduire à une altération de nombreux organes, si elle n’est pas prise en charge rapidement. En effet, elle a la capacité d’interférer dans l’action des gènes régulateurs de l’absorption de fer par l’organisme. 

On a souvent recours à des saignées hebdomadaires pour soigner cette maladie. Sinon, on expose le patient à des risques de fibrose, de cirrhose du foie ou encore de cancer du foie. Les saignées ont pour but de ralentir l’évolution de la maladie vers des lésions irréversibles.

Autres causes de l’augmentation du taux de ferritine

En dehors des maladies évoquées précédemment, de nombreux autres facteurs peuvent conduire à une hyperferritinémie. Parmi ces facteurs, on peut notamment évoquer :

  • Une surproduction importante de ferritine par l’organisme ;
  • La lyse cellulaire : il s’agit de la destruction des cellules qui contiennent de la ferritine. On parle d’hépatite aiguë ou chronique lorsque la lyse se produit au niveau du foie, puis de myolyse cardiaque ou de rhabdomyolyse lorsque ce sont les muscles qui subissent la lyse ;
  • Les affections telles que la maladie cœliaque, qui empêchent l’organisme d’absorber correctement le fer contenu dans les aliments ;
  • Des atteintes du pancréas ou du cœur ;
  • Un cancer du système lymphatique.

La liste n’est bien sûr pas exhaustive et d’autres facteurs, selon le profil du patient, peuvent faire augmenter le taux de ferritine dans l’organisme.

Comment se passe la prise en charge de l’hyperferritinémie ?

Pour traiter une augmentation anormale de ferritine dans le sang, il faut en traiter la principale cause. Si, par exemple, l’hyperferritinémie a été causée par une affection temporaire ou par la prise de surcharge de fer, le taux devrait diminuer lorsqu’on aura résolu l’affection ou qu’on aura arrêté la prise de suppléments.

Par contre, dans les cas où c’est l’hémochromatose ou une maladie chronique qui est en cause, la maladie ne peut pas être prise en charge. Il faudra également s’adresser à un professionnel de santé pour la marche à suivre.

Pour les cas vraiment complexes, on peut procéder à une phlébotomie thérapeutique, aussi connue sous le nom de technique de la saignée. Elle consiste à retirer de façon périodique une certaine quantité de sang. Pratiquée seulement en consultation externe hospitalière, cette technique permet non seulement d’éliminer le surplus de fer dans le sang, mais aussi d’éviter que la surcharge puisse se reconstituer.

Vous aimerez aussi :

Related Articles