Global Statistics

All countries
623,866,403
Confirmed
Updated on October 4, 2022 1:44 pm
All countries
602,590,213
Recovered
Updated on October 4, 2022 1:44 pm
All countries
6,552,191
Deaths
Updated on October 4, 2022 1:44 pm

Taux d’hémoglobine bas : quelles significations ?

Responsables de la coloration rouge du sang et du transport de l’oxygène des poumons aux organes, les hémoglobines sont des protéines essentielles au bon fonctionnement de l’organisme. Cependant, il arrive parfois que leur quantité diminue ou augmente pour diverses raisons. Quand dire que le taux d’hémoglobine est bas ? Quelles sont les causes de la baisse du taux de ces protéines ? Existe-t-il des complications conséquentes à cette augmentation ? Comment rétablir le taux d’hémoglobine ?

Taux d’hémoglobine dans l’organisme : quelles sont les normes ?

Les hémoglobines sont les principales composantes des globules rouges. Ce sont elles qui donnent à ces globules, leur couleur et leur structure. Le sang doit aussi sa coloration rouge à ces protéines.

Puisqu’elles représentent les principales caractéristiques des globules rouges, les hémoglobines assurent de nombreuses fonctions dans l’organisme. Une des plus essentielles de ses fonctions est le transport du dioxygène, depuis les poumons jusqu’aux organes et tissus de l’organisme. Par ailleurs, les hémoglobines se chargent aussi de conduire le dioxyde de carbone présent dans les organes et les tissus, jusqu’aux poumons.

Dans l’organisme, il peut exister plusieurs types d’hémoglobines, pouvant varier selon des facteurs tels que le sexe, l’âge et la présence éventuelle de maladies. Parmi les types d’hémoglobines, on peut notamment citer :

  • Les hémoglobines fœtales ;
  • Les hémoglobines normales ;
  • Les hémoglobines S (responsables de la drépanocytose) ;
  • Les hémoglobines A.

Il est important de préciser que la quantité de ces différents types d’hémoglobines peut varier selon de très nombreux facteurs.

La détermination du taux d’hémoglobines dans l’organisme se fait grâce à un examen sanguin appelé hémogramme ou Numération de la Formulation Sanguine (NFS). C’est alors à partir du taux d’hématocrites, qu’on arrive à déceler l’excès de globules rouges et donc d’hémoglobines.

Pour ce qui est du taux normal des hémoglobines dans l’organisme, il varie fortement selon le sexe et l’âge du patient. Ainsi, ce taux est compris entre 13 et 18 grammes par décilitre chez les individus de sexe masculin. Chez la femme, le taux normal d’hémoglobines est sensiblement égal à 12 grammes par dL. Ce même taux varie de 11 à 12 g/dL chez les enfants, puis entre 13 et 16 chez les nourrissons.

Quelles sont les causes d’une chute du taux d’hémoglobine ?

Un faible taux d’hémoglobine peut être expliqué par de nombreux facteurs. Ces causes sont regroupées en trois grandes catégories. La première correspond à celle des causes liées à une maladie ou à une affection, qui contribue au fait que l’organisme produise de moins en moins de globules rouges.

Dans la deuxième catégorie, on retrouve les maladies qui provoquent la destruction des globules rouges et donc la chute du taux d’hémoglobine. La dernière catégorie des causes les plus fréquentes d’une baisse du taux d’hémoglobine, fait référence à des pertes importantes de sang suite à une blessure, un accident ou encore une intervention chirurgicale.

Les maladies pouvant faire baisser le taux d’hémoglobine

Les maladies pouvant impacter le taux d’hémoglobine sont nombreuses et diverses. Parmi elles, on peut notamment évoquer :

  • Les cancers ;
  • Les cirrhoses hépatiques ;
  • L’anémie ferriprive : cette maladie survient lorsque l’organisme ne reçoit pas les quantités de fer dont il a besoin pour son fonctionnement. Toutefois, il est possible de corriger la situation, en améliorant le régime alimentaire et en ajoutant des suppléments nutritionnels ;
  • De faibles concentrations en vitamines B6, B12 et en acide folique ;
  • L’anémie aplasique : elle est provoquée par une incapacité de la moelle osseuse à produire des globules rouges. Cette incapacité fait suite à un déficit ou une insuffisance cellulaire ;
  • La leucémie : il s’agit d’un cancer du sang dont la cause est une production excessive de globules blancs par la moelle osseuse. Cette situation rend difficile, voire impossible, la formation de globules rouges ;
  • Les troubles de la moelle osseuse tels que les myélomes, les syndromes myélodysplasiques et les lymphomes.

En dehors de ces causes, on peut mentionner l’utilisation de certains médicaments, notamment ceux servant à traiter le cancer ou le VIH, qui peuvent réduire le taux d’hémoglobine dans l’organisme. Par ailleurs, les maladies chroniques telles que la polyarthrite rhumatoïde, l’hypothyroïdie et les maladies du rein peuvent aussi contribuer au déclenchement de cette réduction. 

Les maladies responsables de la destruction des globules rouges

Ici, on peut distinguer de très nombreuses pathologies endommageant les globules rouges, et pouvant interférer les niveaux d’hémoglobines dans l’organisme. Il s’agit essentiellement de :

  • La porphyrie ;
  • La thalassémie ;
  • La drépanocytose ;
  • Un agrandissement de la rate.

La vascularite ou les inflammations des vaisseaux sanguins font aussi partie de cette catégorie.

Pour ce qui est des pertes importantes de sang, on les observe lorsque le sujet réalise de façon fréquente des dons de sang. Chez les femmes, cela peut être causé par des règles abondantes. Les saignements causés par un ulcère, une blessure majeure ou des hémorroïdes peuvent aussi être à l’origine des pertes de sang importantes.

Quelques symptômes d’un taux faible d’hémoglobine dans le sang

Lorsque le taux d’hémoglobine baisse, il est possible qu’aucun symptôme particulier n’apparaisse. En effet, il est fréquent de voir ce taux subir des hausses ou des chutes durant certaines périodes de la vie comme la grossesse.

Cependant, si la baisse est trop importante, certaines manifestations permettent de s’en rendre compte. Ainsi, on remarque généralement :

  • Des fatigues chroniques sans causes apparentes ;
  • Le vertige ;
  • La peau qui devient pâle ;
  • Une sensibilité grandissante face au froid ;
  • Des difficultés à se concentrer ;
  • Les arythmies ;
  • Les palpitations et les essoufflements à l’effort ;
  • Les maux de tête et des étourdissements ;
  • L’épuisement physique et émotionnel ;
  • Des difficultés à accomplir des tâches habituelles.

On peut aussi noter une baisse importante de la libido (diminution du désir sexuel).

Comment augmenter le taux d’hémoglobine dans l’organisme ?

Bien heureusement, il existe des astuces pour corriger une baisse anormale du taux d’hémoglobine dans le sang. Ces astuces vont de l’alimentation à la pratique d’activités sportives.

Augmenter son taux d’hémoglobine avec l’alimentation

L’alimentation résout bien des problèmes dans l’organisme. La baisse du taux d’hémoglobines n’en fait pas exception. Il existe donc certaines habitudes alimentaires à adopter, en vue d’une régulation du taux de ces protéines.

Consommer des aliments riches en fer et en vitamine C

Le fer est un des éléments essentiels pour la production d’hémoglobines dans l’organisme. Il faut alors consommer des aliments qui en contiennent assez, lorsqu’on souffre d’une baisse du taux d’hémoglobine. Les aliments suivants sont notamment recommandés :

  • Le foie et les crevettes ;
  • Les viandes ;
  • Le tofu et les épinards ;
  • Les ananas.

On peut aussi consommer des fruits secs comme les amandes.

En ce qui concerne la vitamine C, elle rend facile l’absorption de fer par l’organisme. Pour en fournir assez à l’organisme, il faut consommer des fruits et légumes tels que les mangues, les agrumes, le brocoli, le chou, les fraises et les poivrons.

Dans le même temps, il faudra éviter au maximum les aliments qui bloquent l’absorption du fer par l’organisme. Il s’agit essentiellement du lait, du café, du thé, du persil, mais également des aliments riches en fibres et en calcium.

Consommer des céréales complètes et moins de gluten

Les céréales complètes telles que le riz, les pâtes et les pains complets contiennent des quantités importantes de fer, et peuvent donc contribuer à la production d’hémoglobine dans l’organisme. Quant aux pains, aux céréales et pâtes blanches, il vaut mieux s’en passer, car la plupart de leurs nutriments sont retirés pendant la fabrication.

Certaines céréales peuvent contenir du gluten. Or, cette protéine peut abîmer la paroi des intestins grêles et freiner l’absorption des substances nécessaires à la fabrication de l’hémoglobine.

Utiliser des remèdes naturels pour augmenter le taux d’hémoglobine

Il existe aujourd’hui de nombreux remèdes naturels, qui peuvent être utilisés pour réguler le taux d’hémoglobine dans l’organisme.

C’est le cas, par exemple, des compléments alimentaires à base de withania. En effet, le withania est réputé pour augmenter la quantité d’hémoglobines, surtout chez les enfants. C’est d’ailleurs pour cette raison que cette plante est utilisée en médecine ayurvédique, dans le cadre d’un traitement d’anémie.

Suivre un traitement médical

Il est possible de suivre certains traitements médicamenteux pour relever les niveaux d’hémoglobines dans le sang. La plupart des médicaments utilisés sont disponibles en vente libre. Mais, il vaut toujours mieux les prendre après prescription d’un médecin. Il peut s’agir :

  • De 20 à 25 mg de fer de façon journalière, pour une stimulation de la production d’hématine ;
  • De 400 mg d’acide folique par jour, en vue d’une augmentation de la production de globules rouges ;
  • De 1000 mg de vitamine B12 ou C par jour.

Il est important de se rapprocher d’un médecin pour prendre les doses appropriées de ces médicaments.

Opter pour une transfusion sanguine

La transfusion sanguine est la meilleure solution dans les cas extrêmes ou le taux d’hémoglobine est beaucoup trop bas. On ne peut y recourir que sur recommandation d’un médecin, qui devra également superviser l’opération.

Il est important de s’assurer, avant la transfusion, que le sang à utiliser soit de qualité et compatible avec le patient. Des analyses du sang et du patient sont donc réalisées, avant que la transfusion ne soit faite. La transfusion, proprement dite, se fait à travers un cathéter que l’on pose sur la veine du patient. L’opération peut durer plusieurs heures.

Vous aimerez aussi :

Related Articles