Global Statistics

All countries
648,378,391
Confirmed
Updated on December 2, 2022 1:06 am
All countries
624,672,089
Recovered
Updated on December 2, 2022 1:06 am
All countries
6,641,996
Deaths
Updated on December 2, 2022 1:06 am

Test de grossesse urinaire ou sanguin : lequel choisir ?

Pour s’assurer qu’elle est enceinte, la future maman doit réaliser un test de grossesse. Deux options s’offrent alors à elle : le test de grossesse urinaire et celui sanguin. Ces deux options sont chacune, appréciées pour leurs avantages, mais présentent aussi des inconvénients qu’il convient de ne pas banaliser. Il faut donc en comprendre le déroulement pour savoir quelle option choisir. Que peut-on dire du fonctionnement des tests de grossesse urinaire et sanguin ? Lequel est le plus fiable ? Lequel des deux tests faut-il choisir ?

Le fonctionnement des tests de grossesse

Au-delà des profondes différences qui peuvent les opposer, les tests de grossesse urinaire et sanguin reposent sur le même principe de fonctionnement. Ils ont pour but de détecter la présence éventuelle de HCG, l’hormone de la grossesse, soit dans l’urine, soit dans le sang.

La sécrétion de cette hormone commence dans l’organisme de la femme, au niveau de l’embryon initialement formé puis s’accentue au niveau du placenta. C’est par ce processus de sécrétion que la HCG se retrouve dans les urines et le sang de la femme enceinte. Environ huit ou neuf jours après la fécondation, l’hormone devient détectable. Après ces premiers jours, le taux de HCG augmente de façon continuelle.

En effet, l’hormone est sécrétée de façon continuelle tout au long de la grossesse. Son taux dans le sang et dans les urines atteint un pic maximal durant le deuxième et le troisième mois de grossesse. En revanche, on remarque une baisse de ce taux à partir du quatrième mois, jusqu’à la fin de la grossesse.

À titre indicatif, on estime à environ 10 mIU/mL, le taux de HCG  dans le sang d’une femme enceinte. Courant les deux premières semaines de grossesse, ce taux passe rapidement à 20 mIU/mL Il faut préciser que ces chiffres sont purement indicatifs et peuvent varier d’une femme à une autre, ou selon le laboratoire ayant réalisé le test.

Les principaux types de test de grossesse

Pour détecter une grossesse éventuelle, les tests urinaire et sanguin sont les meilleurs moyens. Pour savoir lequel de ces deux tests adopter, il faut avoir le maximum d’informations sur chacun d’entre eux.

Le test de grossesse urinaire

Il s’agit du type de test de grossesse le plus fréquemment utilisé par les femmes. La raison est simple : il est facilement accessible. En effet, les tests de grossesse urinaire sont disponibles en vente libre. En ce qui concerne leur fiabilité, elle est estimée à 99 % lorsque le test est correctement réalisé. Disponibles en pharmacie et même sur internet, ces tests de grossesse sont préférés par les femmes parce qu’on peut les réaliser en toute tranquillité à la maison.

Par ailleurs, il n’est plus aujourd’hui nécessaire d’attendre que la date présumée des règles soit passée pour réaliser un test urinaire de grossesse. Cela a été rendu possible grâce à l’avènement des tests précoces ou ultra-précoces, qui détectent l’hormone HCG dans l’urine avant la date de retour des règles. Même si ces tests sont très efficaces, il est recommandé d’attendre leretard des règles. Sinon, on s’expose à un risque de résultats faussement négatifs. Il faut aussi suivre scrupuleusement les instructions sur l’emballage du test.

Pour réaliser un test de grossesse urinaire, il faut d’abord recueillir l’urine et il existe diverses manières de le faire. Il est important de préciser que les urines du matin, plus concentrées en hormone HCG, sont plus recommandées pour le test. Selon le modèle de test utilisé, on peut :

  • Recueillir l’urine dans un gobelet puis y plonger le bâtonnet du test ;
  • Recueillir l’urine dans un gobelet et se servir d’un compte-gouttes pour verser la quantité requise d’urine sur la partie du test aménagée à cet effet ;
  • Placer directement le bâtonnet du test sous le jet d’urine.

De toute façon, le bâtonnet du test devra être bien imbibé d’urine, mais, pas trop non plus.

Au bout d’un moment, qui peut aller de 5 à 10 minutes selon les informations sur la notice, les résultats s’afficheront.

A cette étape également, il faut bien lire la notice pour bien interpréter les résultats. Ces derniers peuvent s’afficher sous la forme de ligne colorée, d’un changement de couleur, d’un symbole (+ ou -) ou l’affichage de la mention « enceinte » ou « pas enceinte ». En effet, le test est équipé d’anticorps anti-HCG qui vont se fixer sur les hormones HCG présentes dans l’urine de la femme : c’est la réaction immunologique sur laquelle repose le fonctionnement du test urinaire.

Pour ce qui est des types de test de grossesse urinaire, les plus fréquents sont les suivants :

  • Les tests à bandes colorées : ces tests sont les plus sensibles et les plus fiables. Le seul aspect négatif de ces tests est que la bande positive est parfois légère et qu’on peut avoir du mal à la lire ;
  • Les tests à affichage digital qui sont composés de différentes fenêtres : une fenêtre test qui confirme que le test fonctionne bien, une autre pour afficher la mention « enceinte » ou « pas enceinte », et une dernière pour l’estimation du nombre de semaines de la grossesse ;
  • Les tests équipés de compte à rebours qui sont plus indiqués pour les femmes impatientes ;
  • Les tests avec changement de couleur de la bandelette, pour indiquer que la femme est enceinte ;
  • Les tests urinaires connectés qui sont reliés à un smartphone par un dispositif Bluetooth intégré à la bandelette du test. Ainsi, on peut consulter le résultat du test directement sur son téléphone.

Les résultats de ces tests sont à 99 % fiables, à la seule condition qu’ils soient bien réalisés.

Pour ce qui est des tests urinaires précoces, il faut savoir que leur fonctionnement repose sur la même réaction immunologique. La seule différence étant que leur seuil de détection est plus bas. C’est pour cette raison qu’on peut les utiliser plus tôt (c’est-à-dire deux à trois jours avant la date prévue pour les règles). Les tests urinaires précoces sont généralement moins fiables que les autres tests.

Le test sanguin de grossesse

Le test sanguin de grossesse apparaît comme le moyen le plus efficace de savoir si on est enceinte ou pas. Pour réaliser ce test, il faut forcément avoir une prescription médicale. Il est donc remboursé par la sécurité sociale. Le test sanguin fonctionne par dosage des bêta-hcg.

Il existe deux types principaux de dosage :

  • Le dosage quantitatif : il mesure la quantité exacte d’hormone HCG dans le sang ;
  • Le dosage qualitatif : il détermine si oui ou non il y a de la HCG dans le sang de la femme.
Test de grossesse : résultats – Crédit : informationhospitaliere.com
Test de grossesse : résultats – Crédit : informationhospitaliere.com

Lorsque le dosage est inférieur à 5mIU/mL, le résultat est considéré comme négatif. Il sera, par contre, considéré comme positif si ce dosage est supérieur à 10 mIU/mL. En dépit de sa fiabilité, le test sanguin présente l’inconvénient de devoir se rendre dans un laboratoire d’analyses, et d’attendre au minimum vingt-quatre heures pour connaître les résultats du test.

Par ailleurs, l’analyse du sang donne au médecin l’occasion de procéder à la vérification d’autres bilans, si jamais le test de grossesse est positif. Au nombre de ces bilans, on peut énumérer les maladies sexuellement transmissibles, le groupe sanguin ou encore la toxoplasmose.

Tests de grossesse urinaire et sanguin : lequel est le plus fiable ?

Il est très difficile de dire avec certitude lequel des tests urinaire et sanguin est le plus fiable. Chacun d’entre eux présente des avantages, mais aussi des points négatifs.

Cependant, le test sanguin est le plus fiable à 99,99 %. Avec ce test, la marge d’erreur est très faible, voire même nulle.

En plus du résultat du test qui est certain, le test sanguin permet de détecter d’autres éventuelles maladies telles que les MST et la rubéole, qui sont très fréquentes en début de grossesse. Par ailleurs, la prise de sang est remboursée par la sécurité sociale et on en profite aussi pour faire une cinétique. La cinétique est utilisée pour les cas de fausse couche ou de grossesse extra-utérine.

Les seuls inconvénients des tests sanguins sont, qu’il faut se rendre dans un laboratoire ou à l’hôpital et le délai d’attente des résultats qui est relativement long.

Quant aux tests urinaires, leurs résultats sont aussi fiables si on les utilise correctement. Comme avantages, le test urinaire peut se faire à la maison en toute tranquillité, le résultat est disponible dans l’immédiat, il est pratique et on peut demander des conseils aux fabricants ou au pharmacien lors de l’achat.

En termes de risque, le test urinaire peut donner des résultats erronés s’il n’a pas été utilisé comme il faut. On ressent beaucoup d’incertitudes lors de la lecture des résultats. Le plus grand inconvénient de ces tests reste les risques de faux négatifs et de faux positifs.

Les faux positifs sont très rares et surviennent lorsque la femme prend des médicaments hormonaux dans le cadre d’un traitement d’infertilité par exemple. En dehors de ces médicaments, on peut aussi évoquer les anxiolytiques, les antipsychotiques, les anticonvulsivants et les diurétiques.  Une mauvaise utilisation du test ainsi qu’une fausse couche peuvent aussi être à l’origine de ce résultat.

Quant aux faux négatifs, ils sont plus fréquents que les faux positifs. On les remarque lorsque le test a été réalisé trop tôt ou lorsque l’ovulation du dernier cycle a été tardive. Une mauvaise utilisation du test peut également en être l’origine.

Pour conclure, autant les tests urinaires que sanguins sont fiables. Le choix de l’un ou l’autre doit alors dépendre des volontés et des contraintes de la femme. Il est à souligner que les résultats d’un test urinaire doivent être confirmés par un test sanguin pour plus de certitude.

Vous aimerez aussi :

Related Articles