Global Statistics

All countries
266,581,784
Confirmed
Updated on December 6, 2021 10:46 pm
All countries
238,376,609
Recovered
Updated on December 6, 2021 10:46 pm
All countries
5,275,854
Deaths
Updated on December 6, 2021 10:46 pm

IGF-1 : définition et interprétation

Le corps produit deux types d’hormones IGF (Insuline-like Growth Factor), l’IGF-1 et l’IGF-2. Ces deux facteurs de croissance insulinomimétique, de type 1 ou de type 2, se distinguent par leurs activités spécifiques au sein des tissus de notre corps. Ils s’activent principalement pour la croissance cellulaire. Et la plupart des actions de l’hypophyse, glande stimulant cette croissance des cellules, sont médiées par les IGF, et principalement l’IGF-1.

Qu’est-ce que l’IGF-1 ?

L’IGF-1 est une hormone essentielle pour la croissance des os et des muscles, et qui est normalement produite par le corps. Présente naturellement dans le sang, l’IGF-1 a pour rôle principal de gérer les effets de l’hormone de croissance (somatotrophine, ou encore GH).

En réponse à la stimulation de la GH (de l’anglais Growth Hormone), l’IGF-1 se forme dans différents tissus du corps, notamment :

  • le foie ;
  •  les muscles squelettiques ;
  • les tissus.

L’IGF-1 intervient dans de nombreuses actions de la GH, et favorise la production de masse musculaire maigre. Elle joue également un rôle dans les activités non liées à la croissance, telles que le métabolisme du glucose et des lipides, tout en étant impliquée dans le syndrome métabolique.

Notez que certaines maladies, comme les tumeurs hypophysaires, peuvent amener votre corps à produire trop d’hormones de croissance. Ainsi, les mesures du taux d’IGF-1 lors des tests permettent de diagnostiquer de nombreux troubles liés à un déficit ou à un surplus de la GH.

Pourquoi le dosage de l’IGF-1 est-il important ?

L’hormone de croissance stimule la plupart des tissus, et en particulier le foie, en vue de synthétiser et sécréter l’IGF-1. À son tour, l’IGF-1 stimule l’augmentation à la fois de la taille des cellules (hypertrophie) et de leur nombre (hyperplasie), y compris les os. C’est pourquoi le dosage de la concentration sanguine en IGF-1 permet d’aider au diagnostic des anomalies de la croissance, et ainsi évaluer la fonction de l’hypophyse.

Les concentrations d’IGF-1 augmentent progressivement pendant l’enfance. Elles atteignent un pic au moment de la puberté, puis diminuent progressivement avec l’âge, tout comme la sécrétion d’hormone de croissance. Les enfants et adultes qui présentent un déficit en hormone de croissance ont de faibles concentrations d’IGF-1, contrairement aux individus sains du même âge. Par contre, ceux présentant des taux élevés de la GH augmentent ainsi les concentrations d’IGF-1.

Les troubles liés à un déficit sévère ou à un excès d’IGF-1 dans le corps

Chez l’enfant, l’IGF-1 régule sa croissance en affectant le développement des tissus de son corps, notamment le cartilage de conjugaison des os. Un déficit sévère en IGF-1 entraîne ainsi un retard de croissance, et peut s’associer à des anomalies métaboliques et dysmorphiques. Ces substances ont des actions analogues à l’insuline dans certains tissus. Mais elles sont beaucoup moins puissantes que l’insuline pour réduire les concentrations de glucose dans le sang.

En revanche, la concentration sanguine en IGF-1 est élevée en cas d’excès d’hormone de croissance. Lorsque la maladie apparaît dès l’enfance, un développement excessif de son squelette, ou gigantisme se manifeste.

À l’inverse, on parle d’acromégalie lorsque la maladie se manifeste chez un adulte, et que sa croissance en hauteur prend fin. Certaines tumeurs situées dans l’hypophyse engendrent une surproduction d’hormone de croissance, entraînant une anomalie de croissance de différents organes.

Notez par ailleurs que les IGF-1 stimulent la croissance tissulaire avec d’autres facteurs comme ceux de la croissance épidermique, de la croissance dérivée des plaquettes, ou de la croissance nerveuse. Seulement, les IGF-1 diffèrent de ces autres substances du fait qu’elles soient les seules à avoir des actions endocriniennes bien décrites chez l’homme.

Interprétation des dosages d’IGF-1

Les résultats d’un test de dosage d’IGF-1 peuvent varier en fonction de plusieurs facteurs :

  • âge ;
  •  sexe ;
  • antécédents médicaux ;
  • méthode de test utilisée…

Par conséquent, les valeurs de référence sont extrêmement variables. Les résultats des tests de l’IGF-1 sont donnés en nanogrammes par millilitre (ng/mL). Chez un adulte, si son niveau d’IGF-1 est normal, mais que celui de la GH est faible, il ne présente probablement pas d’acromégalie.

Si son niveau d’IGF-1 est élevé, de même que celui de la GH est élevé, l’acromégalie est confirmée. Des niveaux d’IGF-1 supérieurs ou inférieurs à la normale peuvent également être causés par un faible taux d’hormones thyroïdiennes, une maladie du foie, ou un diabète non contrôlé.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Vous aimerez aussi :

Related Articles