Global Statistics

All countries
618,798,498
Confirmed
Updated on September 22, 2022 12:32 pm
All countries
597,295,940
Recovered
Updated on September 22, 2022 12:32 pm
All countries
6,535,187
Deaths
Updated on September 22, 2022 12:32 pm

Traitement hormonal substitutif : indications et  effets secondaires

Beaucoup de femmes pensent au traitement hormonal substitutif quand elles atteignent la ménopause. En effet, le traitement hormonal substitutif permet de soulager les symptômes déplaisants qui accompagnent la ménopause. La ménopause survient généralement entre 45 et 55 ans et est caractérisée par une chute drastique de la progestérone et de l’œstrogène.

Encore appelé THS,  l’hormonothérapie substitutive est un processus qui implique des prises de doses d’hormones sexuelles féminines (progestérone et/ou œstrogène). Plus de détail sur ce traitement…

Définition et différents types de traitement hormonal substitutif

Le traitement hormonal substitutif est l’administration de progestérone et de d’œstrogène synthétique, pour pallier aux faibles niveaux d’hormones chez la femme qui est en ménopause.

Le THS est disponible sous différentes formes :

  • Méthodes contenant des œstrogènes ;
  • Méthode associant œstrogènes et progestérone ;
  • Modulateurs sélectifs des récepteurs aux œstrogènes ;
  • Gonadomimétiques.

Les différents types de traitement hormonal substitutif

Il existe plusieurs types de THS. Cependant, il est souvent difficile de faire un choix judicieux toute seule. C’est d’ailleurs pour cela qu’il est recommandé de prendre conseil chez un médecin. Ce dernier peut vous proposer de commencer le THS avec des œstrogènes seuls ou de les associer avec des progestatifs.

Le THS à appliquer tiendra compte de vos symptômes et de votre situation. Voici le THS les plus courants :

THS avec œstrogènes

Ce traitement hormonal n’est utilisé que pour les femmes qui n’ont plus d’utérus. Les œstrogènes les plus utilisés sont l’œstradiol, l’estriol et l’estrone.

THS avec combinaison d’œstrogènes et de progestatifs

Contrairement à l’œstrogène qui est administré de manière continue, le progestatif n’entre dans le processus de traitement hormonal que pendant le deuxième mois.

Les avantages et risques du traitement hormonal substitutif

Les avantages du THS

On note plus d’avantages du THS que de risques chez la majorité des femmes. Les principaux avantages sont :

  • Pour soulager les symptômes vasomoteurs des bouffées de chaleur, des palpitations et des gonflements ;
  • Pour prévenir l’ostéoporose (affaiblissement des os) ;
  • Pour amoindrir les symptômes urogénitaux ;
  • Pour améliorer la fréquence urinaire ;
  • Pour améliorer les sauts d’humeur ;
  • Pour réduire les sueurs nocturnes.

Les risques du THS

Les risques du THS sont assez faibles et dépendent généralement du type de THS que vous prenez et de la durée du traitement. Les risques du THS comprennent :

Le cancer du sein

L’utilisation du THS peut être associée à une faible augmentation du risque de cancer de sein. Un tel risque est lié au temps pendant lequel vous prenez le THS. Aussitôt que vous laissez la prise du THS, le risque diminue. Il est donc important de se faire dépister régulièrement.

Maladie cardiaques et accidents vasculaires cérébraux

Il peut avoir une légère augmentation du risque d’accident vasculaire cérébral mais ce risque est relativement très faible chez les femmes de moins de 60 ans.

Caillots de sang

Le THS peut augmenter le risque de caillot sanguin, mais un tel risque est aussi faible.

Les différentes manières de prendre le THS

Le traitement hormonal substitutif se présente sous différentes formes. Vous devez donc discuter avec votre médecin de la forme qui vous correspondra. Ces différentes formes comprennent :

Comprimés

Les comprimés représentent l’une des formes les plus courantes du THS. Généralement, on les prend une fois par jour. Le THS à base d’œstrogènes et ceux combinés (œstrogène et progestérone) existent tous deux sous forme de comprimés. C’est la façon la plus simple de suivre l’hormonothérapie substitutive. Beaucoup de femmes préfèrent cette forme aux autres qui existent.

Il faut néanmoins préciser que le risque d’avoir des caillots de sang est plus accru avec les comprimés qu’avec les autres formes de THS.

Patchs cutanés

Vous pouvez aussi prendre des patchs cutanés comme THS. Il suffit de les coller sur la peau et de les remplacer de temps à autre. Vous trouverez sur le marché des patchs cutanés à base d’œstrogènes ou à base des deux hormones combinées. Si vous ne trouvez pas pratique de prendre les comprimés, les patchs peuvent être une meilleure option de traitement. Surtout que vous n’aurez pas à les remplacer chaque jour. A l’opposé des comprimés, les patchs n’augmentent pas votre risque d’avoir des caillots sanguins. 

Gel d’œstrogènes

De plus en plus populaire, le gel d’œstrogènes est aussi une forme de THS. Il est frotté sur la peau, une fois par jour. Comme le patch, le gel d’œstrogènes n’augmente pas le risque de caillots de sang.

Si vous avez toujours votre utérus, il est conseillé de prendre une forme de progestatif séparément. Cela permet de réduire le risque de cancer de l’utérus.

Implants

Le THS existe aussi sous forme d’implants, avec une forme de granulé. Les implants doivent être insérés sous la peau après une anesthésie locale. Ils libèrent des œstrogènes de manière progressive. Généralement, vous pouvez les garder plusieurs mois avant de les remplacer. C’est le choix idéal, si vous ne voulez pas prendre de THS chaque jour ou tous les quelques jours. 

Œstrogène vaginal

L’œstrogène vaginal est disponible sous forme de pessaire, de crème ou d’anneau placé à l’intérieur du vagin. Il aide à amoindrir la sécheresse vaginale. L’œstrogène vaginal ne comporte pas de risque de cancer de sein.

Les routines de traitement du THS

La routine des traitements hormonaux substitutifs dépend du fait que vous ayez des symptômes de la ménopause depuis un certain temps ou que vous soyez au début de la ménopause. 

Il existe deux types de routines pour le THS : le THS cyclique et le THS combiné continu.

THS cyclique

Encore appelé THS séquentiel, il est recommandé pour les femmes avec des symptômes de ménopause, qui ont toujours des menstrues. Deux types de THS cyclique existent :

THS mensuel : Vous prenez les œstrogènes tous les jours. En plus, vous prenez des progestatifs pendant les 14 derniers jours de votre cycle menstruel. Par ailleurs, le THS mensuel est conseillé pour les femmes qui ont des règles régulières.

THS 3 mois : Vous prenez aussi les œstrogènes tous les jours tout en prenant des progestatifs à leurs côtés pendant environ 14 jours tous les 3 mois. Ce THS est conseillé aux femmes qui ont un cycle menstruel irrégulier.

THS combiné continu

Cette routine de THS est recommandée pour les femmes qui sont ménopausées. On parle généralement de femme ménopausée si elle n’a pas eu ses règles depuis 1 an. 

Le THS combiné continu implique que vous preniez des œstrogènes et progestatifs tous les jours, et cela sans interruption.

Comment commencer le traitement hormonal substitutif ?

Si vous êtes ménopausée et que vous êtes intéressée à commencer le THS, vous devez absolument en parler à votre médecin. 

Si vous commencez à ressentir les symptômes de la ménopause, vous pouvez commencer le traitement hormonal substitutif sans nécessairement subir des tests au préalable.

Il existe plusieurs types de THS. Votre médecin pourra vous donner plus de détails et vous aider à choisir ce qui vous convient le mieux.

Vous commencez généralement le traitement avec une faible dose de THS ; dose qui sera augmentée progressivement. Les effets du traitement prennent un temps avant de se faire ressentir. Parce que le traitement hormonal substitutif comporte des effets secondaires, votre médecin recommandera sans doute de l’essayer sur une période de trois mois. Cela lui permettra d’analyser les effets de traitement et de décider s’il doit changer le type de THS que vous prenez. 

Quand arrêter le traitement hormonal substitutif ?

Il n’existe pas de limite pour la durée pendant laquelle vous devez suivre le THS. Néanmoins, vous devez demander l’avis de votre médecin sur la durée qu’il vous recommande.

Généralement, les femmes qui suivent le traitement hormonal substitutif  l’arrêtent, une fois que les symptômes de la ménopause disparaissent (après quelques années). 

Les femmes qui utilisent le THS pendant plus d’une année, ont de forte chance de développer un cancer du sein ; ce qui n’est pas le cas chez les femmes qui ne l’utilisent pas.  Ce risque diminue après l’arrêt des THS.

Lorsque vous décidez d’arrêter l’hormonothérapie substitutive, vous devez le faire progressivement. Une telle procédure est bénéfique car cela limite les risques de réapparition des symptômes à court terme.

Si après l’arrêt des THS, les symptômes de la ménopause persistent pendant plusieurs mois, informez votre médecin généraliste.

Contre-indications du traitement hormonal substitutif

Certaines conditions peuvent ne pas vous permettre de vous tourner vers le traitement hormonal substitutif. Ces conditions comprennent :

  • Endométriose ;
  • Fibromes ;
  • Antécédents de cancer de sein 
  • Antécédents de cancer de l’endomètre ;
  • Antécédents de cancer de l’ovaire ;
  • Antécédents de caillots sanguins ;
  • Porphyrie ;
  • Maladies thromboembolique ;
  • Saignements vaginaux ;
  • Hypertriglycéridémie ;
  • Maladie hépatique ;
  • Maladie du foie ;
  • Pression artérielle élevée.

Les effets secondaires

A l’instar de tous les autres types de médicaments, les hormones utilisées dans le THS peuvent naturellement avoir des effets secondaires. Néanmoins, ces effets s’améliorent avec le temps. 

Effets secondaire des œstrogènes

Les éventuels effets secondaires qui découlent de la prise d’œstrogènes comprennent :

  • Le gonflement des seins ;
  • Les crampes aux jambes ;
  • Les ballonnements ;
  • L’indigestion ;
  • Les saignements vaginaux.

Tous ces effets secondaires disparaîtront après quelques semaines. Toutefois, pour les amoindrir, vous pouvez :

  • Avoir un régime alimentaire riche en glucide et faible en gras ;
  • Prendre les doses d’œstrogènes avec de la nourriture pour limiter l’indigestion ;
  • Faire des exercices régulièrement pour soulager les crampes aux jambes.

Si ces effets secondaires persistent, votre médecin peut vous demander par exemple de passer à une autre forme de prise d’œstrogène.

Effets secondaires du progestatif

Les principaux effets secondaires qui surviennent suite à la prise de progestatif sont :

  • La sensibilité des seins ;
  • Saignements vaginaux ;
  • Des douleurs abdominales ;
  • La dépression ;
  • Les sauts d’humeurs ;
  • L’acné ;
  • Les migraines ;
  • Les maux de dos.

Comme dans le cas des œstrogènes, ces effets secondaires passeront après les premières semaines de traitement. Au cas où ils persistent, votre médecin peut vous recommander de passer à une autre façon de prendre le progestatif.

Si vous ne souhaitez pas prendre le THS, vous pouvez opter pour d’autres moyens qui vous permettront  de contrôler les symptômes de la ménopause. Vous pouvez par exemple adopter un meilleur mode de vie, prendre des antidépresseurs, prendre des hormones naturelles (fabriqués à base de sources végétales), ou vous tourner vers les thérapies complémentaires. 

Vous aimerez aussi :

Related Articles