Global Statistics

All countries
672,756,544
Confirmed
Updated on January 20, 2023 9:23 pm
All countries
625,331,681
Recovered
Updated on January 20, 2023 9:23 pm
All countries
6,741,520
Deaths
Updated on January 20, 2023 9:23 pm

Trichomonase : symptômes, mode de transmission et diagnostic

La trichomonase est une forme d’infection qui touche le vagin chez la femme et l’organe génital de l’homme. Elle est due à un parasite dont la transmission se fait généralement lors des rapports sexuels. De plus, cette anomalie peut être présente dans l’organisme sans entrainer la manifestation des symptômes cliniques. Dans d’autres cas, elle se manifeste sous forme de vaginite ou de prostatite. Une prévention et un traitement efficace permettent de faire disparaître complètement ce parasite. Que savoir sur l’infection de la trichomonase ? Quelles sont ses causes et sa transmission ? Quels sont ses signes et son diagnostic ? Quelle est sa prise en charge ? Réponses dans cet article.

Définition de la trichomonase

La trichomonase est une anomalie touchant les organes génitaux et qui est sexuellement transmissible. En effet, cette maladie est l’une des infections les plus répandues au monde, selon l’OMS (Organisation mondiale de la santé). De plus, la transmission de cette maladie est possible par contact sexuel anal, vaginal ou au cours de l’accouchement. Il faut savoir que le parasite responsable de cette infection a la capacité de survivre pendant une longue période sur une surface humide. Les jouets sexuels, les matériels de douche ou les serviettes constituent donc des milieux idéaux pour le développement de ce parasite.

Les causes de la trichomonase

L’infection de la trichomonase se transmet généralement par le contact sexuel. En outre, elle peut être également transmise lors des bains dans les piscines et lors du partage des sous-vêtements. De plus, les serviettes de bain ainsi que l’utilisation des jouets sexuels constituent des facteurs pour la transmission de cette infection. Le parasite responsable de la trichomonase est produit par les voies urinaires ou génitales et prend la forme de trophozoïtes.

En dehors de tous ces facteurs, il y a également :

  • Les rapports sexuels non protégés ;
  • La pratique des relations avec de nombreux individus ;
  • Les antécédents de maladies sexuellement transmissibles.

Il est important de savoir que les organes du corps les plus touchés chez le sexe féminin sont le vagin, la vulve et l’urètre. Par contre, chez l’homme, la maladie attaque la partie interne du pénis. Par ailleurs, au cours des rapports intimes, le parasite de la trichomonase se transmet du vagin au pénis ou du pénis au vagin. La probabilité que cette maladie ne touche pas les autres zones du corps telles que les mains ou l’anus est très faible. Pour finir, les médecins ignorent la non-présence des signes cliniques chez certains sujets touchés par la trichomonase.

Les signes cliniques de la trichomonase

Généralement, lorsque le parasite de la trichomonase s’infiltre dans l’organisme, il faut 6 à 28 jours, pour manifester les premiers symptômes. En outre, cette maladie est plus asymptomatique chez les individus de sexe masculin.

Les symptômes présents chez l’homme

Les signes cliniques de la trichomonase sont peu fréquents chez l’homme. Dans certains cas, il y a l’inflammation de l’urètre qui se manifeste par :

  • Les troubles de l’évacuation de l’urine ;
  • Des sensations douloureuses au niveau de l’urètre ;
  • L’écoulement urétral passager par une substance purulente.

En outre, de graves complications peuvent se présenter suite à la trichomonase chez l’homme. C’est le cas de l’inflammation aiguë ou chronique de l’épididyme et de l’inflammation de la prostate. Pour finir, la présence des sensations douloureuses lors des rapports sexuels est également à prendre en compte.

Les symptômes présents chez la femme

Lorsque la trichomonase touche la femme, elle se manifeste par de nombreux signes cliniques. En effet, il y a l’inflammation de la vulve et du vagin accompagnés des pertes blanches. En outre, l’écoulement vaginal ayant une couleur jaune et une odeur de poisson fait également partie des symptômes de cette infection. En plus de cela, la trichomonase se manifeste par des douleurs au niveau de la vulve et du périnée. La présence des sensations douloureuses au cours des relations intimes est également un symptôme à prendre en compte.

De plus, le développement d’un œdème des lèvres vaginales fait également partie de ses différents symptômes. Il faut savoir que les douleurs s’amplifient au début et à la fin des menstrues en raison de l’augmentation du pH vaginal. De la même manière, la ménopause représente un avantage pour le développement de cette infection. Quant à la femme enceinte touchée par la maladie, elle court le risque de vivre un accouchement prématuré. Pour finir, les lésions génitales causées par cette maladie peuvent faciliter la transmission duVIH.

La transmission de la trichomonase

L’infection de la trichomonase se transmet par voie sexuelle. Ainsi, les individus touchés par les autres IST sont plus exposés à ce type de maladie. En effet, elle peut favoriser leur transmission en raison de l’inflammation des appareils génitaux que la trichomonase engendre. De plus, cette dernière peut également se transmettre par des serviettes humides ou des lunettes de w.c. contaminés au préalable, par une personne atteinte.

Lorsque les conditions sont remplies, le parasite responsable de cette infection peut vivre dans le milieu extérieur. Il est donc important de prendre toutes les dispositions, afin de limiter sa survie et sa propagation.

Le diagnostic de la trichomonase

Pour diagnostiquer la trichomonase, il faut une analyse d’un prélèvement urogénital ou un diagnostic moléculaire. De plus, il est plus probable qu’une femme touchée par la vaginite et un homme souffrant d’une urétrite fasse partie des sujets atteints de cette infection.

En outre, chez la femme, la présence ou non de la maladie est clinique. Autrement dit, le médecin se base sur les symptômes et l’analyse des prélèvements vaginaux. En effet, l’examen du prélèvement est le plus efficace, car il permet de diagnostiquer à la fois la trichomonase et la vaginose bactérienne.

Concernant les hommes, le diagnostic se fait par l’analyse de prélèvements urétraux et les signes cliniques que l’infection présente. De plus, le médecin peut associer à ces différents diagnostics certains tests, afin d’éliminer toutes incertitudes.

Les traitements de la trichomonase

La prise en charge de la trichomonase nécessite un traitement à base d’antibiotiques antiparasitaires, dont le métronidazole. En effet, ce médicament permet de combattre ce type d’infection grâce à son principe actif antibactérien. De plus, la prise de ce médicament doit être suivie par un médecin. En outre, c’est un traitement à suivre pendant 5 à 7 jours. Cependant, il doit être administré par voie orale sous forme de comprimé tout en tenant compte du poids et de l’âge du sujet.

Il est conseillé d’éviter la prise d’alcool pendant toute la période du traitement. Par ailleurs, de nombreux effets indésirables peuvent se présenter suite à la prise de métronidazole. En effet, il y a

En dehors de ce type de traitement, il y a le secnidazole qui est un principe actif du Secnol. En effet, il permet de traiter la trichomonase ainsi que les vaginoses bactériennes. C’est également un antibiotique dont la cible est le parasite trichomonase. La prise de ce médicament repose sur une dose de 2 g à prise unique au début d’un repas. Ce médicament peut être mélangé dans du yaourt, du jus et d’autres types d’aliments. Par ailleurs, la présence d’une réaction allergique suite à la prise de ce médicament doit automatiquement être signalée au médecin traitant. C’est principalement le cas, lorsqu’un gonflement du visage et du cou est constaté.

Cependant, le Secnidazole comporte des contre-indications. Ainsi, ce type de traitement est déconseillé à une femme enceinte ou à un individu qui ne supporte pas le fructose. De plus, les sujets ayant une mauvaise absorption du glucose ou du galactose ne sont pas concernés par cette prise en charge. Pour cela, il est nécessaire de prévenir votre médecin, afin qu’il vous suggère un autre type de traitement. Les effets indésirables (vertiges et nausées) sont parfois également présents, après la prise de Secnidazole.

Les remèdes naturels

Il existe de nombreuses plantes qui interviennent dans le traitement de la trichomonase.

  • Le boldo : cette plante est très efficace pour éradiquer ce type d’infection grâce à ses vertus antibiotiques. Pour bénéficier de tous ses bienfaits, il faut prendre un bain à base de boldo infusé, deux fois par semaine.
  • L’ail : cette plante est un des meilleurs antibactériens aux propriétés antifongiques. Pour ce faire, il faut mettre une gousse de cette plante dans de l’eau bouillante afin d’obtenir la pâte. Ensuite, il faut l’appliquer sur la partie touchée de l’appareil génital.
  • La consommation des aliments riches en fer et en zinc est également conseillée. En effet, ils permettent de renforcer le système immunitaire, afin de détruire les organismes pathogènes étrangers. Parmi ses aliments, il y a les légumes verts, la citrouille, les noix, les œufs et la viande rouge.

Il est nécessaire de prendre en considération certaines recommandations, afin de limiter le risque de transmission de la trichomonase. En effet, il est conseillé de porter le préservatif à chaque rapport sexuel et de limiter les partenaires sexuels. De plus, il faut éviter les rapports sexuels dès que l’on constate l’apparition de symptômes qui pourraient être liés à cette infection.

Vous aimerez aussi :

Related Articles