Global Statistics

All countries
648,378,391
Confirmed
Updated on December 2, 2022 1:06 am
All countries
624,672,089
Recovered
Updated on December 2, 2022 1:06 am
All countries
6,641,996
Deaths
Updated on December 2, 2022 1:06 am

Troubles vestibulaires : caractéristiques et liens avec la Covid-19 !

Un trouble vestibulaire est une affection intéressant l’oreille interne et qui engage l’équilibre corporel de la victime. Quand bien même les caractéristiques de ce trouble peuvent paraître inquiétantes, c’est dans la plupart des cas, une affection plus ou moins bénigne. Les victimes de cette dernière sont généralement en proie à des vertiges quelques fois importants et qui peuvent être associés ou non à d’autres symptômes. Les symptômes durent selon les cas, entre une ou plusieurs semaines et la guérison est généralement sans séquelles sur la santé ou le bien-être des victimes. Découvrez dans cet article les caractéristiques des troubles vestibulaires et leurs liens avec la Covid-19 s’il y en a.

Troubles vestibulaires : définition et caractéristiques de l’affection.

Le système vestibulaire – © Crédit : informationhospitaliere.com

Le système vestibulaire est l’appareil responsable de l’équilibre et de la stabilité oculaire. Son rôle principal est d’assurer l’équilibre oculaire et le maintien de la stabilité dans l’axe du corps lorsque ce dernier est en mouvement. Il est localisé dans l’oreille interne et est constitué de différents organes (sensoriels) notamment le vestibule, le nerf vestibulaire et les noyaux vestibulaires.

Si le vestibule est l’appareil récepteur abritant les otolithes responsables de la stimulation des cellules sensorielles en cours de mouvements, le nerf vestibulaire quant à lui, assure la commande des actions réflexes du corps pour le maintien de l’équilibre. Suite à une infection virale, il peut arriver que le nerf vestibulaire puisse être enflammé.

Les vertiges constituent des troubles de l’équilibre et lorsqu’il y a une inflammation du nerf vestibulaire, il s’en suit généralement des troubles vestibulaires. Ainsi, les troubles ou vertiges vestibulaires sont une réponse à une inflammation du nerf vestibulaire. Ils constituent comme leur nom l’indique des vertiges soudains et particulièrement importants.

Les différentes caractéristiques principales d’un trouble vestibulaire sont entre autres :

  • le vertige ;
  • une sensation désagréable et handicapante de mouvement de l’environnement ;
  • l’illusion de déplacement de soi-même dans l’espace.

Lorsque la crise des vertiges survient, cette dernière peut être assez intense de sorte que la victime soit obligée à rester alitée. Si le vertige est la caractéristique principale des troubles vestibulaires, d’autres symptômes peuvent toutefois s’y associer.

Il s’agit entre autres des nausées, des vomissements, des pâleurs et sueurs, d’un nystagmus, d’une instabilité ou d’un tangage, ou encore d’une impression de tête qui tourne sans aucune sensation de déplacement. Il faut remarquer que les troubles vestibulaires n’affectent aucunement l’audition.

Quel est le diagnostic des troubles vestibulaires ?

Le diagnostic des troubles vestibulaires est clinique et n’est généralement pas difficile. En consultation chez le professionnel de santé, ce dernier procède généralement à un interrogatoire de son patient suivi de quelques examens cliniques. L’interrogatoire lui permet en effet de déterminer les caractéristiques des vertiges du patient afin de confirmer l’existence des troubles vestibulaires.

Les examens cliniques comprennent généralement une étude des mouvements oculaires pour rechercher un nystagmus, une consultation des oreilles pour se renseigner sur l’état du conduit auditif et du tympan.

De même, un examen neurologique et une évaluation de l’équilibre par des mouvements spécifiques sont aussi réalisés durant l’examen clinique. Dans certains cas, afin d’écarter toute tumeur ou un AVC, des examens complémentaires peuvent être demandés par le professionnel de santé. Ainsi, peuvent être réalisés :

  • des analyses sanguines ;
  • un scanner ;
  • un écho-doppler cardiaque ;
  • un bilan cardiovasculaire ;
  • une imagerie cérébrale, etc.

Comment traiter cette affection ?

Quand bien même, les troubles vestibulaires sont sans risque majeurs pour la santé de la victime, les vertiges qui y sont associés peuvent être très handicapants et dès lors, sont à même d’impacter le quotidien du patient. Ils sont désagréables et pour la plupart du temps, angoissants pour les victimes.

En effet, de nombreux cas de récidives des troubles vestibulaires sont responsables d’un handicap socioprofessionnel, de la diminution de la qualité de vie… Leur prise en charge peut durer quelque peu et elle vise le plus souvent à soulager les crises de vertiges. La première approche thérapeutique recommandée dans le cadre du traitement des troubles vestibulaires est le repos.

Bien que certaines crises imposent au patient un alitement, il est dans tous les cas, conseillé au patient de se reposer autant que possible.

Par ailleurs, un traitement médicamenteux peut être instauré afin de soulager les symptômes liés aux crises de vertiges. Ainsi, des antiémétiques peuvent être prescrits pour soulager les nausées et les vomissements ; des sédatifs ou des antihistaminiques dépresseurs vestibulaires contre l’anxiété (lorsqu’elle accompagne les symptômes).

Pour un traitement de fond, certains professionnels préfèrent l’utilisation des antiviraux contre l’infection virale. De même, une corticothérapie peut être efficace contre l’inflammation. Une autre approche thérapeutique beaucoup plus naturelle est la rééducation vestibulaire et de nombreux experts le recommandent.

Elle fait appel à des mouvements des yeux et du cou et a pour but d’habituer le patient sinon le cerveau de ce dernier à compenser le dysfonctionnement du nerf vestibulaire, de quoi maintenir l’équilibre corporel.

Elle dure entre 4 et 6 semaines avec l’arrêt des dépresseurs vestibulaires et les exercices qui y sont réalisés s’effectuent généralement à l’aide :

  • d’un fauteuil rotatoire où s’installe le patient et sur lequel ce dernier reçoit des impulsions à haute vitesse. Ces dernières sont ensuite stoppées et le patient est va devoir fixer une cible du regard ;
  • d’une plateforme mobile installée dans l’obscurité et sur laquelle le patient devra parvenir à tenir debout sans tomber ;
  • de signaux lumineux que le patient est appelé à suivre du regard dans l’obscurité.

Enfin, dans des cas plus sévères, l’utilisation de la gentamicine à administrer dans l’oreille interne sous anesthésie locale peut s’avérer nécessaire. Cette approche est plus radicale et permet la destruction du nerf vestibulaire pour une guérison définitive des troubles.

Troubles vestibulaires et coronavirus : quels sont les liens ?

Comme de nombreux virus, des travaux de nombreux chercheurs sur le virus responsable de la pandémie actuelle, ont prouvé que le coronavirus cible de même les cellules nerveuses. Ainsi, d’après de récentes études, le virus de la Covid-19 pourrait effectivement infecter l’oreille interne et en particulier les cellules ciliées vestibulaires. Les troubles vestibulaires peuvent de ce fait être des symptômes d’une infection au virus.

Vous aimerez aussi :

Related Articles