Global Statistics

All countries
648,392,672
Confirmed
Updated on December 2, 2022 2:06 am
All countries
624,678,103
Recovered
Updated on December 2, 2022 2:06 am
All countries
6,642,169
Deaths
Updated on December 2, 2022 2:06 am

Tumeur maligne et tumeur bénigne : quelles différences?

La tumeur correspond à un gonflement causé par la multiplication démesurée de cellules qui peuvent être inoffensives ou dangereuses. Ces dernières se divisent de manière désorganisée, en raison de diverses anomalies génétiques. La tumeur bénigne ou maligne peut siéger dans n’importe quelle partie de l’organisme. Quelles sont les différences entre une tumeur maligne et une tumeur bénigne ? Quels sont les symptômes et la prise en charge adaptés pour ces différents types de tumeurs ?

En quoi la tumeur maligne se différencie-t-elle de la tumeur bénigne ?

De nos jours, la tumeur maligne encore appelée cancer est l’une des principales causes de décès. Cependant, il y a des tumeurs qui ne sont pas du tout dangereuses pour l’organisme, dont la tumeur bénigne. Il est important de savoir que les deux types de tumeurs représentent une maladie qui doit être étudiée par les médecins. De plus, il existe un traitement pour la tumeur bénigne qui permet de réduire les risques de complications.

En ce qui concerne la différence entre une tumeur bénigne et une tumeur maligne, vous avez le mode d’accroissement des cellules. En effet, dans les deux cas, il y a la multiplication des cellules tumorales de façon désordonnée. Cependant, ces cellules ne migrent pas vers d’autres parties de l’organisme durant la tumeur bénigne. Le patient souffrant d’une tumeur bénigne n’a donc aucun souci à se faire, car elle est sans danger pour l’organisme. Toutefois, il doit être pris en charge par les médecins le plus tôt possible, afin d’éviter que la tumeur bénigne prenne plus de volume. L’idéal est de faire retirer au plus vite la tumeur bénigne, afin de ne pas affecter les autres parties de l’organisme.

Dans le cas d’une tumeur maligne, les cellules se développent plus vite et migrent vers les autres parties du corps. La prolifération des cellules se fait par le sang ou par les vaisseaux lymphatiques. Ainsi, la tumeur maligne se propage et peut engendrer plusieurs autres tumeurs dans l’organisme.

Il est important de savoir que la non-propagation de la tumeur bénigne est due à la membrane couverte sur les cellules tumorales.

Quels sont les signes de la tumeur maligne et bénigne ?

Les signes de la tumeur maligne sont identiques à ceux d’une tumeur bénigne, mais dépendent également de la localisation de la tumeur.

Dans le cas d’une tumeur au cerveau par exemple, les symptômes se présentent lorsque la tumeur devient volumineuse et empêche le bon fonctionnement du cerveau. Ainsi, la tumeur peut ralentir ou stopper la circulation du liquide qui irrigue les méninges, les ventricules de l’encéphale et le canal principal de la moelle. Lorsque ce liquide devient important dans la moelle épinière, la tumeur engendre une augmentation du volume de la boite crânienne et un sous-développement intellectuel. Le malade peut également faire face à :

  • Des maux de tête ;
  • Des nausées ;
  • Une forte pression à l’intérieur du crâne.

Dans ce cas, le patient doit être pris en charge en urgence afin de retirer la tumeur.

Vous pouvez constater chez certains individus souffrant de la tumeur maligne ou bénigne des crises d’épilepsie suivies d’une perte de connaissance. Ces symptômes sont les plus souvent remarqués lors du début de la maladie. En plus de cela, le sujet peut présenter des problèmes d’élocution et de l’audition. Comme autre symptôme, il faut indiquer que le patient peut aussi être confronté à des sensations d’engourdissements et de vertige. La perte ou déficience des mouvements dans une partie du corps et les troubles de mémoire sont également présents.

En outre, la fatigue, les sensations physiques douloureuses au niveau du cou et le manque de retenue de la vessie sont des symptômes de la tumeur bénigne ou maligne. De plus, cette maladie se manifeste par les retards ou difficultés dans l’évacuation des matières fécales et la perte de sensation des douleurs physiques. Pour finir, les problèmes respiratoires ou de la bouche et la présence du sang dans les urines sont aussi à prendre en compte comme signes de ce type d’affection.

Quels sont les traitements adéquats pour la tumeur maligne et bénigne ?

Selon qu’une tumeur est maligne ou bénigne, les procédures de traitement sont différentes.

Tumeurs bénigne et maligne – Crédit : informationhospitaliere.com
Tumeurs bénigne et maligne – Crédit : informationhospitaliere.com

Cas de la tumeur bénigne

Lorsqu’une personne est atteinte d’une tumeur bénigne, une ablation chirurgicale est obligatoire pour ne pas prendre de risque. Dans le cas contraire, une simple surveillance clinique est idéale pour suivre l’évolution de la tumeur. Il arrive que celle-ci se résorbe toute seule, ou après l’administration de certains médicaments.

Cas de la tumeur maligne

De nombreux traitements sont adaptés pour la tumeur maligne encore appelée cancer et en tenant compte de son niveau d’évolution.

La chirurgie

Cette prise en charge est le principal traitement de la tumeur maligne et elle a pour objectif le retrait de la tumeur. Le chirurgien peut recourir à ce traitement, pour préciser la nature de la lésion, avant de choisir un autre traitement complémentaire. De plus, la chirurgie permet au chirurgien de soulager les douleurs engendrées par la tumeur maligne.

Le sujet peut subir cette intervention chirurgicale le jour même de son entrée dans l’hôpital. Autrement dit, si les mesures de sécurité sont réunies le médecin peut l’opérer en urgence. Quelques jours après l’opération chirurgicale, le patient doit prendre rendez-vous avec le chirurgien, afin de vérifier le pansement et les drains qui ont été posés.

La chimiothérapie

La chimiothérapie consiste à administrer au patient des médicaments capables d’éliminer les cellules tumorales. En effet, ces médicaments bloquent le développement de ces cellules et les éliminent. Cela permet de faciliter la régénération des cellules saines.

La chimiothérapie peut être administrée par injection, dans le cas d’un traitement à domicile. Autrement, il faut se rendre à l’hôpital pour recevoir les traitements par perfusion intraveineuse. L’idéal est de suivre la chimiothérapie par voie orale, car elle est très bénéfique pour le patient. Il est important de savoir qu’elle présente également des effets secondaires comme la chute des cheveux ou les vomissements.

Article précédent
Article suivant
Embolie pulmonaire : causes, symptômes et traitements

Vous aimerez aussi :

Related Articles