Global Statistics

All countries
266,676,806
Confirmed
Updated on December 7, 2021 1:58 am
All countries
238,433,136
Recovered
Updated on December 7, 2021 1:58 am
All countries
5,277,337
Deaths
Updated on December 7, 2021 1:58 am

Urticaire : Causes, Symptômes et Traitements

La peau, malgré sa résistante, subit des attaques de certaines affections. Au nombre de celles-ci, il y a l’urticaire. Cette affection de l’épiderme est caractérisée par des démangeaisons. Bien qu’elle touche un grand nombre de personnes, elle reste méconnue. Plus un symptôme qu’une maladie, l’urticaire se déclenche souvent par plusieurs facteurs. Quelles en sont donc les causes et comment y remédier ?

Définition de l’urticaire

L’urticaire est une éruption cutanée, soutenue par une brûlure et des démangeaisons. Des plaques rouges sont également visibles sur tout le corps. Ces « papules » ont des traits de ressemblance avec les piqûres d’ortie. Ce qui pousse de nombreux incultes à croire que l’urticaire est provoquée par l’ortie, ce qui n’est pas vrai !

En effet, l’urticaire possède une multitude de causes, mais la piqûre d’ortie n’en fait pas partie. Il faut souligner que l’étymologie du mot urticaire favorise cette malcompréhension sur l’ortie. La confusion est issue de l’appellation en latin « urtica » qui signifie « ortie ». En outre, l’urticaire est considérée plus comme un symptôme qu’une maladie.

Quelles sont les différentes formes d’urticaire ?

L’urticaire peut prendre deux formes différentes. Il s’agit des urticaires aiguë et chronique. Toutefois, il faut notifier que cette maladie possède trois caractéristiques, peu importe sa forme. L’urticaire est temporaire, fugace, et prurigineuse.

Urticaire aiguë

Encore appelée la crise d’urticaire, l’urticaire aiguë est la plus répandue. Environ 15 à 25% de la population mondiale est exposée à cette forme d’urticaire. Elle se manifeste sur une durée de quelques heures ou quelques jours avant de disparaître.

Toutefois, son évolution ne peut outrepasser 6 semaines. Pendant cette période, l’affection apparaîtra et disparaîtra de façon continue. Les cas de crises récurrentes et discontinues sont appelés une urticaire récidivante.

Urticaire chronique

Cette forme d’urticaire est caractérisée par des crises journalières. La maladie évolue au-delà de 6 semaines et n’atteint qu’une infirme partie de la population. La part de la population touchée par l’urticaire chronique varie entre 0,5 à 2%. La fréquence d’apparition est de 24 à 48 heures, d’où son appellation, urticaire chronique.

L’urticaire chronique est subdivisée en deux types à savoir : l’urticaire chronique inductible et l’urticaire chronique spontanée. La différence entre ces deux typologies d’urticaire chronique est le facteur déclencheur. En effet, l’urticaire chronique inductible possède comme cause un élément spécifique. Par contre, pour l’urticaire chronique spontanée, aucun marqueur de déclenchement n’est connu à ce jour.

En plus, cette forme d’urticaire affecte plus le sexe féminin que le genre masculin. Par ailleurs, l’urticaire chronique, en elle-même, est qualifiée d’idiopathique. Aussi, faut-il un assemblage de plusieurs éléments pour que l’urticaire chronique se déclenche.

Urticaire : personnes et facteurs de risque

Tout le monde peut être atteint de l’urticaire. Néanmoins, certains sont plus enclins à contracter la maladie. Les facteurs de risque sont aussi des éléments à prendre en compte.

Les personnes à risque

Les individus sujets à l’urticaire ont des prédispositions particulières. Il s’agit notamment :

  • Des femmes ;
  • Des éléments génétiques ;
  • Des troubles du sang ;
  • Quelques malaises systémiques.

Pour ce qui est des anomalies du sang, elles sont causées par un déficit ou un manque de certaines enzymes. Il s’agit notamment du C1 et de l’estérase 4. Parmi les maladies systémiques pouvant causer l’urticaire, il y a la thyroïdite auto-immune, le lupus, et le lymphome. En ce qui concerne les marqueurs génétiques, on les retrouve plus chez les nourrissons et/ou les jeunes enfants.

Par ailleurs, le facteur du genre féminin provient des statistiques fournies par les instituts de recherche sur l’épiderme. Selon cette étude, les femmes sont doublement touchées par l’urticaire.

Les facteurs à risques

En général, les éléments à risque sont liés aux causes de l’urticaire. Ils peuvent déclencher et/ou aggraver la maladie. Il en ressort donc qu’ils sont en grand nombre. Cependant, les facteurs à risque les plus fréquents sont :

  • L’absorption exagérée de repas riches en histamine ;
  • La consommation des médicaments allergènes ;
  • Une forte exposition aux températures extrêmes (fraîcheur et chaleur).

Pour ce qui est du troisième facteur cité, une forte chaleur ou fraîcheur ne peut déclencher la maladie qu’à une condition. Le malade doit être une personne à risque pour que les températures extrêmes entraînent l’urticaire.

Urticaire : Causes, signes cliniques et diagnostic

Les causes de l’urticaire

Les causes de l’urticaire ne sont pas bien connues, car les mécanismes sont complexes. Même si la cause connue est l’allergie, elle n’est assimilée qu’à l’urticaire aiguë. Ainsi, l’urticaire chronique n’est pas causée par les allergies, mais plutôt par des mastocytes. Il en ressort donc que les causes de cette affection dépendent de la forme de l’urticaire.

Forme aiguë de l’urticaire

Dans la majorité des cas d’urticaire aiguë, la prise des médicaments est l’élément déclencheur. Les médicaments causant fréquemment cette affection sont :

  • L’aspirine ;
  • L’antibiotique ;
  • Médicament contre la tension artérielle ;
  • Anti-inflammatoire non stéroïdien ;
  • Codéine et morphine ;
  • Produit contenant du contraste iodé.

Les aliments riches en histamine tels que les saucissons, les conserves de poissons, les tomates, sont aussi à la base de cette maladie. Certains fruits produisent également le même effet. Il s’agit de la banane, de l’ananas et de la noix. Une piqûre d’insecte ou la friction de la peau peuvent également créer une urticaire aiguë.

Par ailleurs, une personne ayant fait intensivement du sport peut être sujette à cette forme d’urticaire. Un stress émotif peut aussi déclencher l’apparition de l’urticaire aiguë. Parfois, les infections concomitantes en sont à l’origine, mais il n’y a aucune certitude à cet effet. Les rapports d’étude ne convergent pas dans le même sens.

Urticaire chronique

D’une part, sachez que les causes de l’urticaire aiguë peuvent également être la source de l’urticaire chronique. Cependant, il n’y a aucune cause avérée prouvée par les chercheurs. Cela n’empêche pas que l’urticaire chronique puisse être déclenchée par des éléments considérés comme mineurs. Le contact avec certains produits comme le latex en est un exemple. L’usage de produits cosmétiques et la proximité avec les animaux ou végétaux sont aussi des facteurs déclencheurs de l’urticaire chronique.

En effet, bien que l’affection soit bénigne, elle peut être dangereuse pour la vie humaine. Ainsi, l’apparition d’œdèmes dans le visage du malade est le signe d’une urticaire profonde. Dès que ces tuméfactions atteignent le larynx, elles empêchent le processus de respiration. Par conséquent, le pronostic vital du malade est engagé. Cette situation peut conduire au décès de la personne affectée.

Les signes cliniques de l’urticaire

Les symptômes de cette affection sont de deux sortes. Il y a les signes cliniques principaux et les signes cliniques secondaires.

Les symptômes principaux

Ces manifestations dites principales sont les suivantes :

  • Mise en relief des papules ;
  • Apparition des œdèmes dans le visage ;
  • Démangeaisons intenses.

Les papules apparaissent sous la forme de piqûres d’ortie. Elles ont une couleur rouge ou rose, et leurs tailles varient de quelques millimètres à quelques centimètres. La plupart du temps, elles se logent sur les bras, le tronc et les jambes.

Les symptômes secondaires

Pour rappel, la maladie de l’urticaire peut durer entre 6 semaines et plus en fonction de sa forme. Au-delà des 6 semaines (cas d’une urticaire chronique), d’autres symptômes font leur apparition. Le premier signe est une fièvre modérée qui peut aboutir aux douleurs musculaires au bout de quelques jours (2e signe clinique). Enfin, les douleurs abdominales sont également à signaler comme symptôme. Les troubles digestifs viennent compléter la liste des signes cliniques secondaires.

Le diagnostic de l’urticaire

Pour faire le diagnostic de l’urticaire, l’épidémiologiste applique deux méthodes. Il s’agit de l’interrogatoire et d’un examen clinique.

Interrogatoire du spécialiste

L’interrogatoire est une séance au cours de laquelle vous devrez répondre aux questions du médecin. Le but est de trouver des antécédents médicaux personnels ou familiaux ayant rapport à l’urticaire. Grâce à cette évaluation, il sera facile de déterminer l’existence des facteurs responsables de la poussée de la maladie.

Compte tenu de l’issue de l’interrogatoire, une orientation médicamenteuse ou alimentaire pourra être mise en évidence. Ainsi, le médecin pourra faire la distinction entre les causes allergiques possibles. En d’autres termes, il déterminera s’il s’agit d’une allergie ou une intolérance alimentaire.

Examen clinique

La réalisation de l’examen clinique a pour objectif de trouver le type d’urticaire dont souffre le malade. L’inflammation des vaisseaux est l’élément à observer de près. En plus, la vérification de la présence d’une maladie auto-immune sera faite. Si les résultats le nécessitent, des tests supplémentaires seront faits.

En outre, des tests physiques seront ajoutés à la batterie d’examen afin de confirmer ou réfuter l’hypothèse d’une urticaire aiguë.

Urticaire et nutrition : que faut-il savoir ?

L’urticaire et l’alimentation ont un lien étroit. En effet, certains aliments sont des facteurs déclencheurs de la maladie. Leur teneur en histamine est la raison pour laquelle ils sont classifiés dans la catégorie des aliments à éviter pour un malade d’urticaire. Il faut préciser que l’urticaire qui résulte de leur consommation n’est pas une allergie, mais plutôt une intolérance.

En effet, l’organisme contient de l’histamine à faible dose. Au-delà de la limite, il provoque l’urticaire. Il existe aussi des aliments exempts d’histamine, mais qui provoquent l’urticaire. Ce sont des mets qui stimulent la production d’histamine. En exemple, il y a le chocolat, le café, le thé, et les œufs.

Urticaire et stress : y a-t-il un lien ?

L’affection de l’urticaire provoquée par le stress débouche sur deux nouvelles formes de la maladie. La première forme est l’urticaire adrénergique qui est rare. Elle se reconnaît grâce à la petite taille des papules et des auréoles blanches qui les entourent. Elle est provoquée par une forte concentration de trois éléments dans le sang. Il s’agit de :

  • La dopamine ;
  • L’adrénaline ;
  • La noradrénaline.

L’urticaire cholinergique est la seconde forme de la maladie causée par le stress. Les éruptions qui apparaissent sur le corps lui donnent l’apparence de la chair de poule. Elles se situent principalement au niveau du thorax. Ce sont les jeunes adultes qui sont principalement atteints par cette forme d’urticaire. Généralement, les papules disparaissent au bout d’une demi-heure ou une heure maximum.

Comment se débarrasser de l’urticaire ?

En matière de traitement, il n’en existe pas qui puisse éliminer le mal ainsi que sa source. Toutefois, certains médicaments (principalement antihistaminiques) sont efficaces pour éviter les récidives. Par ailleurs, les crises d’urticaires ont la réputation de se calmer d’elles-mêmes. Dans ce cas, la prise de médicaments doit être justifiée par la gravité des symptômes.

D’autres traitements comme le spray d’adrénaline, l’adrénaline par voie intraveineuse, et les corticoïdes sont également performants. On peut y ajouter :

  • La desloratadine ;
  • La lévocétirizine ;
  • La fexofénadine.

Ces trois traitements sont appropriés pour calmer une urticaire chronique. Cependant, il est possible qu’ils aient des effets secondaires. Il s’agit principalement de la somnolence. Pour cette raison, il est préférable d’en prendre la nuit avant de s’endormir.

Urticaire : quelles sont les précautions à prendre ?

Normalement, il est assez difficile de se prémunir de l’urticaire. Toutefois, en faisant une bonne observation, vous serez en mesure d’identifier les aliments et/ou médicaments auxquels vous êtes intolérants.

Pour le faire, notez les heures d’apparition des éruptions, et faites la liste des aliments consommés durant les 24 heures précédentes. Vous trouverez certainement votre facteur déclencheur. Vous avez également la possibilité de garder une trousse d’urgence sur vous constamment. Cette trousse contiendra de l’épinéphrine et de l’antihistaminique.

L’urticaire ne se guérit pas et les précautions à prendre, dépendent du malade. Vu la complexité de cette maladie, la meilleure chose à faire est de surveiller son alimentation. Il serait également approprié d’éviter les situations stressantes. Cependant, la consultation d’un professionnel doit être immédiate après la première crise.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Vous aimerez aussi :

Related Articles