Global Statistics

All countries
266,693,221
Confirmed
Updated on December 7, 2021 4:04 am
All countries
238,482,412
Recovered
Updated on December 7, 2021 4:04 am
All countries
5,277,821
Deaths
Updated on December 7, 2021 4:04 am

Vaccin Astrazeneca : liste des effets secondaires connus

Homologué le 15 février 2021 par l’OMS dans le cadre de la lutte contre la Covid-19, le vaccin Astrazeneca a très tôt soulevé de vives polémiques. Entre les syndromes grippaux sévères constatés à son injection, et les risques de thrombose, découvrez dans cet article, le point complet des effets secondaires connus d’Astrazeneca.

Les effets secondaires fréquents et mineurs du vaccin Astrazeneca


S’il y a bien un vaccin qui a subi assez de polémiques de par le monde, c’est bien Astrazeneca. Plusieurs fois rejeté, puis réhabiliter, son arrivée sur le marché avait pourtant suscité un grand engouement de par le monde.

En effet, son coût relativement faible et ses conditions de stockage représentent ses plus grands atouts. À l’inverse des autres vaccins, Astrazeneca peut valablement être conservé dans les réfrigérateurs disponibles un peu partout sur le marché. Malheureusement, une grande polémique naîtra autour de ce vaccin.

Les débats tourneront largement autour de certains de ses effets secondaires soupçonnés d’entraîner des risques de caillots sanguins. De cette confusion, naîtra au final le classement en catégorie de ces effets secondaires pour mieux situer les populations.

Au titre donc des effets secondaires mineurs pouvant être ressentis suite à l’injection du vaccin Astrazeneca, on peut citer entre autres : 

  • Les symptômes grippaux qui se manifestent par de fortes fièvres, des céphalées et même des courbatures ;
  • Quelques cas de vomissement et de diarrhée ;
  • La fatigue, les frissons et les nausées ;
  • La baisse de l’appétit, les vertiges et la somnolence ;
  • La lymphadénopathie, l’arthralgie et la myalgie ;
  • Les éruptions cutanées et l’érythème ;
  • Les troubles respiratoires et les œdèmes ;
  • Les douleurs musculaires et l’accélération du rythme cardiaque ;
  • Etc.

En somme, plus de 1000 cas d’effets indésirables ont été recueillis et analysés par les spécialistes de l’agence américaine du médicament.

Ces découvertes ont suscité la curiosité de tous, et plus particulièrement celle de l’ANSM (Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé). Celle-ci suit désormais de près l’actualité liée au vaccin Astrazeneca et à ses effets indésirables. Des rapports hebdomadaires sont d’ailleurs régulièrement produits à cet effet, pour tenir informer l’opinion publique.

Vous l’aurez compris, les effets secondaires du vaccin Astrazeneca sont passés au peigne fin pour permettre aux populations de se faire vacciner en toute quiétude.

Les effets secondaires rares

Comme mentionné précédemment, les effets secondaires rares du vaccin Astrazeneca ont fait couler beaucoup d’encre. En dehors des cas de myocardite et de péricardites observés chez certains patients notamment en Europe, on peut relever entre autres :

Les risques de thrombose

En mars 2021, la France à l’instar de beaucoup d’autres pays s’est vue contrainte de procéder à la suspension des injections du vaccin Astrazeneca. En effet, des risques de thrombose avaient été relevés chez des personnes ayant reçu des doses de ce vaccin dans le cadre de la lutte contre le coronavirus.

Alertée, l’Agence européenne du médicament (EMA) a rapidement diligenté des études pour revoir les risques liés à l’injection d’Astrazeneca. Au terme de celles-ci, les rapports déposés confirment à la fois l’efficacité du vaccin contre le coronavirus, et les risques de thrombose pouvant découler de son injection.

Les experts ont toutefois tenu à préciser dans leur rapport que la survenue de cette complication peut être reléguée au rang des effets secondaires rares du vaccin. Cela s’explique notamment par sa faible fréquence, les chercheurs n’ayant découvert qu’une dizaine de cas sur plusieurs millions de personnes vaccinées en Europe.

Bien que basées sur des faits scientifiques et quelques statistiques, ces déclarations n’ont pas réussi à dissiper l’inquiétude des populations. Au Royaume-Uni par exemple, suite à la détection d’une trentaine de cas de thrombose et de quelques morts, le pays a opté prendre des mesures adéquates. L’utilisation du vaccin Astrazeneca a été carrément interdite sur les personnes ayant moins de 30 ans.

Avec 30 cas de thrombose recensés au 7 mai dernier, la France optera elle pour des mesures plus drastiques. Le vaccin Astrazeneca sera uniquement recommandé pour les personnes âgées de plus de 55 ans. De plus, un délai de 12 jours minimum doit être observé entre l’injection de la première et de la deuxième dose du vaccin.

Notons par ailleurs que de graves complications ont été relevées chez quelques personnes ayant souffert du syndrome thrombotique. Il s’agit notamment des formes :

  • De thromboses veineuses artérielles, qui peuvent s’avérer très graves ;
  • De thromboses veineuses splanchniques ;
  • Et de thromboses des sinus veineux cérébraux.

En somme, après injection du vaccin Astrazeneca, il est recommandé de consulter rapidement un médecin en cas :

  • De convulsions ;
  • D’essoufflement ;
  • De maux de tête sévères ;
  • De douleurs abdominales ;
  • De perte de l’acuité visuelle ;
  • De douleurs au niveau du thorax ;
  • De gonflements constatés au niveau des jambes ;
  • Etc.

Les troubles hématologiques

Dans la liste des effets secondaires rares du vaccin Astrazeneca, de faibles risques de troubles hématologiques ont été relevés par des chercheurs écossais. Cette découverte provient en effet d’une étude menée sur plus de 5 millions de personnes ayant reçu une première dose de ce vaccin.

La bonne nouvelle ici, c’est que les chercheurs ont démontré que cette pathologie est bénigne et résolutive. Ce qui signifie qu’elle ne comporte pas de grand danger pour les personnes ayant reçu des doses du vaccin Astrazeneca.

Public Health Scotland confirmera d’ailleurs les données révélées par les médecins écossais dans les colonnes de la très célèbre revue scientifique Nature Médecine.

En claire, les troubles hématologiques sont également relégués au rang des effets secondaires rares en raison de leur faible degré d’apparition et de nuisance. On raconte d’ailleurs que les risques liés à la contamination au coronavirus sont plus élevés que ceux engendrés par ces troubles.

En d’autres termes, les inquiétudes soulevées par de potentiels risques de troubles hématologiques sont certes légitimes, mais disproportionnées.

Les syndromes de fuite capillaires

De rares cas de syndromes de fuite capillaires ont également été relevés suite à l’injection du vaccin Astrazeneca. Il s’agit en effet d’une maladie rare responsable de la fuite du plasma au niveau des vaisseaux sanguins. Elle se manifeste par :

  • Des sensations de faiblesses ;
  • Une baisse de la tension artérielle ;
  • Une prise de poids rapide et injustifiée ;
  • Des gonflements rapides et incompréhensibles des membres inférieurs et supérieurs ;
  • Etc.

Comme vous l’aurez deviné, l’apparition de ces symptômes suite à l’injection du vaccin Astrazeneca nécessite une prise en charge rapide et efficiente.

Il est d’ailleurs recommandé aux personnes vaccinées de recourir rapidement à un médecin en cas d’apparition de ceux-ci. Voilà pourquoi il est formellement interdit aux personnes ayant des antécédents médicaux liés au syndrome de fuite capillaire de recevoir des doses de ce vaccin.

Le syndrome de Guillain-Barré

Le syndrome de Guillain-Barré, voilà l’autre effet secondaire du vaccin Astrazeneca relevé chez des personnes vaccinées en Inde comme en Angleterre. 7 cas en tout ont été en effet signalés dans la ville de Kochi, contre 11 dans un hôpital de Nottingham. Même si la France n’a toujours pas recensé de cas sur son territoire, l’OMS a tenu à alerter le monde sur les risques de sa survenue.

 Des cas signalés, il ressort en effet que la pathologie se manifeste généralement une dizaine de jours après l’injection du vaccin Astrazeneca. Dans la réalité des faits, le syndrome de Guillain-Barré se manifeste par une défaillance du système immunitaire qui endommage une partie du système nerveux. La conséquence est désastreuse et peut se manifester par :

  • Une faiblesse musculaire persistante ;
  • Et, une perte des sensations au niveau des bras et des mains.

Retenons à toutes fins utiles que jusqu’à ce jour, les chercheurs peinent à prouver le lien entre ce vaccin et le syndrome de Guillain-Barré. Il a d’ailleurs été rapporté que la plupart des personnes ayant souffert de ces effets secondaires étaient en réalité sujettes au syndrome de Guillain-Barré.

Toujours est-il que ce vaccin est proscrit pour les personnes ayant des antécédents médicaux avec cette pathologie pour éviter d’éventuels risques de complications.

1 COMMENTAIRE

  1. mon mari et moi nous avons eus la premiere dose le 1er avril et la 2eme ,12 semaines plus tard, a part le coup de fatigue et sensation d avoir froid pendant au 2 a 3 jours a chaque injection( pour moi) ,mon mari a la 1ere dose cela s est bien passe mais a la 2eme ,fatigue et mal au bras. mais j ai remarquee que depuis j ai perdue l appetit, ecoeurement de certains aliments et souvent des coups de fatigue. mon mari lui aussi est souvent fatigue . se qui nous ammenera a ne pas a faire la 3eme dose

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Vous aimerez aussi :

Related Articles