Global Statistics

All countries
648,352,481
Confirmed
Updated on December 2, 2022 12:06 am
All countries
624,654,245
Recovered
Updated on December 2, 2022 12:06 am
All countries
6,641,825
Deaths
Updated on December 2, 2022 12:06 am

Virus de l’hiver : mode de transmission et conséquences sanitaires

Chaque année, les virus hivernaux sont à l’origine de plusieurs maladies infectieuses qui affectent enfants, femmes et hommes. Parmi ces pathologies, on peut parler de la bronchiolite, la grippe et la gastroentérite. Ces trois maladies sont très contagieuses, surtout en période d’hiver. On peut également citer la Covid-19, dont la propagation est plus accrue en période hivernale. Il existe heureusement quelques solutions permettant de réduire au maximum la propagation de ces maladies. Que peut-on savoir à propos des virus hivernaux ?

Présentation et mode de transmission des virus hivernaux

L’hiver se caractérise par la présence de nombreux virus. Au nombre de ces derniers, on distingue les « norovirus » et « rotavirus », puis les virus respiratoires. Les norovirus et rotavirus sont à l’origine de la gastroentérite. Quant aux virus respiratoires, ils sont responsables de l’apparition des grippes, bronchiolites, rhumes et bronchites.

Ces virus de l’hiver se transmettent de différentes manières, notamment par :

  • Les éternuements ;
  • Les toux (qui laissent des gouttelettes chargées de virus) ;
  • La salive des individus infectés par des virus respiratoires ;
  • Les postillons ;
  • Le contact avec les objets contaminés par un individu malade.

À ces différents modes de transmission, on peut également ajouter le contact direct avec un individu malade.

Conséquences sanitaires des virus hivernaux

Les virus hivernaux engendrent plusieurs maladies infectieuses. Au nombre de ces pathologies, les plus importantes sont la gastroentérite, la grippe et la bronchiolite.

La grippe

Le plus souvent, l’apparition de la grippe s’accompagne de plusieurs symptômes. On peut citer :

  • Des courbatures ;
  • Une toux sèche ;
  • Une importante fièvre ;
  • Une grande fatigue ou encore
  • Des maux de tête.

La durée de la grippe s’étend sur environ une semaine. Par contre, le patient ressentira une importante fatigue durant trois ou quatre semaines. Outre la fatigue, la toux sèche pourrait persister pendant deux semaines approximativement.  

Pour la majorité des personnes, la grippe est perçue comme étant une pathologie peu dangereuse. Cette hypothèse se confirme uniquement quand la maladie attaque de jeunes individus en bonne santé. Par contre, la grippe peut être mortelle chez certaines catégories de personnes. Il s’agit :

  • Des femmes enceintes ;
  • Des patients souffrant de maladie chronique ;
  • Des nourrissons et
  • Des individus atteints d’obésité.

Cette maladie peut alors conduire à certaines complications. En effet, en absence de prise en charge adéquate et rapide, la grippe peut entraîner une grave infection pulmonaire comme la pneumonie. Elle pourrait également provoquer l’aggravation de maladie chronique existant auparavant. Il peut s’agir de l’insuffisance cardiaque, du diabète, de la mucoviscidose, etc.

On pourrait aussi parler des maladies rénales chroniques et de la bronchopneumopathie chronique obstructive.

La bronchiolite

La bronchiolite est provoquée par un virus qui attaque les poumons. Ce qui entraîne un gonflement des plus petites bronches, communément appelées bronchioles. Cette maladie s’attaque principalement aux enfants de moins de 2 ans. Le virus responsable de la pathologie est très répandu et contagieux. Contrairement au cas des enfants et des adultes, les bronchioles des nouveau-nés sont plus petites. En cas d’infection par le virus responsable de la bronchiolite chez un nourrisson, il est très probable que le gonflement des bronchioles de ce dernier empêche le passage de l’air.

Le nourrisson pourrait aussi contracter une bronchiolite, si un enfant ou un adulte souffre du rhume dans son entourage. Les symptômes primaires de cette maladie sont le rhume et la toux. Ensuite, le patient a du mal à respirer et n’arrive plus à manger ou à boire comme auparavant. Les quintes de toux, caractéristiques de la maladie, sont très courantes et sont associées à des sifflements.

La gastro-entérite

La gastroentérite désigne une inflammation du tube digestif. Elle est engendrée par des virus connus sous le nom de « rotavirus » et « norovirus ». Cette maladie inflammatoire peut se manifester par :

  • Des crampes abdominales ;
  • Une perte d’appétit ;
  • Des maux de tête ;
  • Une fièvre ;
  • Une déshydratation ;
  • La fatigue ;
  • Une diarrhée ;
  • Des nausées ;
  • Des vomissements.

Les « rotavirus » et « norovirus » sont très contagieux. Certaines catégories de personnes, comme les enfants de moins de 5 ans, sont très sensibles à la gastroentérite (maladie inflammatoire). En effet, le risque de déshydratation est lié à l’âge de l’enfant. En dehors des plus jeunes, le risque de déshydratation est aussi élevé chez les individus souffrant d’une maladie chronique.

Quelques solutions pour se prémunir des virus hivernaux

Il est possible de limiter la propagation des virus hivernaux. Pour ce fait, certaines sources préconisent le respect de quatre gestes barrières.

Port de masque

Les médecins recommandent le port de masque jetable en cas de contact avec n’importe quel individu. Aussi, l’apparition d’une toux ou des éternuements doit pousser le patient à mettre un masque de protection jetable. Notons que les masques doivent être propres. Ils doivent aussi couvrir le nez et le menton.

Lavage des mains

Le lavage des mains est très important. Il doit être correctement fait à l’eau et au savon sur une durée allant de 30 à 40 secondes. Le lavage des mains ne doit pas être fait de manière précipitée. Autrement dit, il ne doit en aucun cas être bâclé. Par conséquent, il faut frotter :

  • La paume des mains ;
  • Le bout des doigts ;
  • Entre les doigts ;
  • L’extérieur des mains ;
  • Les ongles ;
  • Les poignets.

À la suite du lavage des mains, l’intéressé doit les sécher à l’air libre ou avec une serviette propre. D’après certaines sources, le lavage des mains est la mesure d’hygiène la plus importante pour lutter contre la contamination des virus hivernaux. Par conséquent, l’exercice doit être répété régulièrement, surtout :

  • Après avoir visité un individu malade ;
  • Avant de cuisiner ;
  • Avant de servir le repas ;
  • Avant et après avoir mangé ;
  • Avant et après s’être occupé du nourrisson ;
  • Après une promenade à l’extérieur ;
  • Après avoir fait ses besoins aux toilettes ;
  • A la suite d’une toux ou d’un éternuement ;
  • Après s’être mouché ;
  • En arrivant à la maison ou au bureau ;
  • En quittant les transports en commun.

Il est également recommandé d’utiliser les solutions hydroalcooliques pour tuer les microbes transmissibles. Notons que ces solutions ne retirent pas les saletés des mains ; elles ne font que désinfecter.

Utilisation du mouchoir à usage unique

Pour se moucher, il est préférable d’utiliser un mouchoir à usage unique. Après s’être soulagé, il faudrait jeter le papier mouchoir dans une poubelle. Cette opération doit être précédée d’un lavage de main afin de limiter la propagation des microbes.

Tousser ou éternuer dans le pli du coude

Lorsqu’on recouvre la bouche et le nez en toussant ou en éternuant, des microbes se posent sur la main. Ainsi, il est plus facile de transmettre ces microbes en touchant un objet ou en saluant quelqu’un. Pour éviter une telle situation, il est recommandé de tousser ou d’éternuer dans le pli du coude.

Le respect de ces gestes barrières est un moyen efficace pour lutter contre les virus hivernaux.

Vous aimerez aussi :

Related Articles